Nullité d’un mariage et statut des enfants

alliances

Question: Si un mariage est reconnu comme nul, les enfants sont-ils des bâtards? Et peuvent-ils être baptisés?

Un mariage sacramentel catholique est reconnu comme nul, si les conditions pour que le sacrement n’étaient pas réunies au moment où il a été célébré. Les conditions de sacramentalité et de validité d’un mariage chrétien sont assez complexes et demanderaient de longs développements avec l’expertise d’un canoniste. Pour faire court, disons qu’un mariage sacramentel doit remplir quatre conditions impératives:

  • Unité du mariage (donc monogamie) et fidélité dans le mariage (donc refus total de l’adultère);
  • Indissolubilité du mariage, donc refus du divorce;
  • Liberté des deux conjoints;
  • Ouverture à la vie. Le mariage n’est pas à proprement parler seulement pour « faire des enfants », mais il doit intégrer cette possibilité et ne pas y faire obstacle. Un mariage où les conjoints refuseraient d’avoir des enfants, ou les voudraient « plus tard » ne serait pas sacramentel.

D’autres aspects sont à prendre en compte pour la validité d’un mariage à l’église : absence d’empêchements tels que le non consentement d’un des conjoints, l’immaturité, des problèmes psychologiques, l’homosexualité d’un des conjoints, l’absence de facultés du ministre ordonné (prêtre ou diacre) qui a célébré le mariage…

Ceci dit, l’Eglise a toujours reconnu la validité des mariages « naturels » non catholiques, quelle que soit la religion ou l’absence de religion des personnes. Scellant l’union de l’homme et de la femme, ils sont signes de l’union de Dieu avec l’humanité puisque, créé à l’image de Dieu (cf. Gn 1), l’homme (l’être humain) est créé « homme et femme » (mâle et femelle). Pour autant, ce mariage n’est pas un sacrement, alors que le mariage chrétien est un sacrement de l’union du Christ et de son Eglise.

Un mariage déclaré nul n’est donc pas un mariage sacramentel. Cela ne l’empêche pas nécessairement d’être un mariage naturel bien réel. On ne voit pas en quoi les enfants nés de ce mariage seraient des « bâtards ».

Quant au baptême d’une personne, il n’a rien à voir avec la nullité canonique ou non d’un mariage de ses parents. La très grande majorité des catéchumènes n’est évidemment pas née d’un mariage sacramentel déclaré nul ou non. En France, l’usage est qu’un tout petit enfant soit baptisé si au moins un de ses parents le demande et s’engage à l’élever chrétiennement. Pour un enfant ayant un discernement suffisant, un adolescent ou un adulte, c’est à sa demande qu’il sera baptisé.

Nullité d’un mariage et statut des enfants
5 (100%) 1 vote