Mortifications et charité (2/2)

J’aimerai connaître le sens de << s’imposer chaque jour quelques dizaines de mortifications >> (2/2)

Si nous poursuivons notre réflexion, le sens de la mortification est donc d’œuvrer pour la gloire de Dieu et le salut du monde. C’est là, en effet, le rôle de toute vie chrétienne. Elle doit donc être tournée vers l’autre : l’Autre et les autres.

– Cela se comprend bien pour la prière, qu’elle soit de louange et de demande, pour soi, pour le monde ou pour d’autres

– Le jeûne est l’indice que la vie spirituelle est capable de prendre le pas sur le corps. Il est une arme dans le combat spirituel, pour la gloire de Dieu. Mais il est aussi une forme de prière, quand on jeûne pour telle ou telle intention. Il est donc bon d’associer à un jeûne une intention de prière

– Enfin, l’aumône est la concrétisation de la charité, qui dit l’amour de Dieu et le service du frère. « Seule la charité est crédible », telle a été la seule phrase prononcée par le célébrant d’une messe à St Jacques du Haut-Pas en 2008 à Paris, dans l’homélie la plus courte que nous ayons entendue.

Nous suggérons donc au lecteur, plutôt que de compter les mortifications à s’imposer chaque jour et de se creuser la tête pour en trouver, de multiplier les actes de charité. Les deux peuvent parfois aller ensemble. Mais, en tous cas, que ce soit sans compter

Mortifications et charité (2/2)
Notez cet article