Militer pour l’ordination des femmes est-il schismatique ou hérétique ? (2/2)

Également, peut-on définir celles et ceux qui “militent” pour le sacerdoce féminin, de schismatiques, peut-être même d’hérétiques ? (2/2)

Il faut être prudent et on n’est pas schismatique ou hérétique comme ça.

L’hérésie (d’un terme grec voulant dire « séparés ») est une divergence avec la doctrine catholique sur la foi. Le schisme est une séparation dans la gouvernance et non sur la doctrine. En outre, dans les deux cas, une simple opinion n’est pas suffisante pour être dit hérétique ou schismatique. Il faut en plus l’exprimer en public, en convaincre d’autres, la prêcher. Du coup, une doctrine fausse ou une contestation des pasteurs de l’Eglise par un ministre ordonné (surtout évêque et prêtre) n’a pas la même portée que pour un laïc. C’est beaucoup plus grave dans le premier cas.

C’est l’évêque qui peut déclarer une doctrine hérétique, donc nous ne faisons qu’exprimer notre point de vue théologique (mais il est licite que nous le faisions car nous sommes qualifiés pour cela). Par conséquent, à notre sens, estimer que le sacerdoce devrait être ouvert aux femmes n’est pas suffisant pour être déclaré hérétique. Ensuite, ce n’est pas un point central dans la foi donc en faire une hérésie est peut-être exagéré. Même si, comme l’explique notre réponse précédente – et il vaut mieux le répéter – ce n’est clairement pas la doctrine catholique: Est-ce un dogme que de n’ordonner prêtres que des hommes? (1/2) – Réponses catholiques (reponses-catholiques.fr)

Pour ce qui est du schisme, c’est un peu différent et cela dépend de ce qu’on entend par « militer ». Contrairement à ce que disent les cathophobes de toutes sortes, la culture du débat est une tradition solide dans l’Eglise. Cela n’exclut pas l’expression d’opinions erronées, ne serait-ce que pour faire avancer la réflexion théologique. Si personne ne se pose la question de l’ordination presbytérale des femmes, personne ne va réfléchir théologiquement aux véritables raisons qui la rendent inadéquate. Ce que nous avons fait à la première partie de l’article.

En revanche, passer outre les règles de l’Eglise en ordonnant des femmes pourrait, pour le coup, sans doute être considéré comme schismatique.

4.8/5 - (5 votes)

Commentaires

  1. Florentin

    Bonjour, merci pour la qualité de votre réponse. Ceci dit, vous ne répondez pas directement à la question ; Jean-Paul II proclame t-il un dogme infaillible dans son encyclique concernant le sacerdoce féminin ?

    Merci beaucoup.

Répondre