Messe indienne

La soi disante messe indienne n’existe pas. Les 12 points qui ont été ‘approuvés’ par le célèbre Mgr Achille Bugini le 25 avril 1969, secrétaire du Concilium, ne constituent pas une approbation légitime d’une messe “indienne”. De nombreux évêques en Inde interdisent ce genre de célébration durant laquelle le célébrant et les participants demeurent assis du début à la fin, le célébrant n’étant vêtu d’aucun ornement liturgique. Il n’a qu’une sorte de châle ou angavasra couleur safran… Pas de corporal mais un thambola thattu, sorye de plateau an cuivre ou en bois…. Les nouvelles directives de la CBCI (conférence épiscopale indienne) publiées le 8 septembre 2016, ne font aucunement allusion à ce genre de célébration et au contraire précisent avec insistance les normes obligatoires qui doivent être respectées lors fête ou célébration liturgique. Il n’y a pas de messe indienne qui soit légitimement approuvée. Merci de corriger votre réponse si possible.

Il nous semble intéressant pour nos lecteurs de reprendre ce commentaire et de le compléter. Il apporte, en effet, des informations utiles sur la messe indienne et sur les débats qu’elle suscite. Il est certain qu’elle n’a pas eu tant d’écho que cela en Inde et que l’écrasante majorité des eucharisties sont célébrées en rite latin. Evidemment, chaque évêque peut l’autoriser ou l’interdire dans son diocèse et il est bien possible qu’elle ait été autorisée un temps dans diocèse donné, puis que l’expérimentation ait été abandonnée dans ce même lieu.

Pourtant, nous ne voyons pas ce qui permet de dire qu’elle « n’existe pas », ni que les approbations données au départ ne soient pas « légitimes ». Elle est célébrée validement et licitement, nous en sommes témoins. Par exemple, lors d’une célébration jubilaire de la St François-Xavier dans une paroisse qui porte son nom à Paris, ou lors de messes de communautés d’Inde du Sud dans diverses villes de France : cf., par exemple, Messe indienne – Vidéo Dailymotion. A la rigueur, on peut remarquer qu’elle a plus de succès dans des communautés indiennes expatriées qu’en Inde même. Mais on ne peut pas dire qu’elle « n’existe pas ».

3.2/5 - (5 votes)

Répondre