Marthe Robin, Paul VI et une religieuse (3/3)

Pourquoi ne pas dire que la communion dans la main est un abus qui a été institué, avant d’être arraché à Paul VI ? On instaure la pratique pour la faire avaliser ensuite; Marthe Robin répondait à une personne l’informant qu’elle recevait la communion d’une religieuse : “Elle n’a pas le droit, car elle n’a pas les mains consacrées comme le prêtre ». L’ordination sacerdotale conférée au prêtre, faut-il le rappeler, a pour but de rendre Présent Dieu Incarné en Jésus-Christ, dans l’Hostie Consacrée, et d’écouter et absoudre en confession les pénitents. Sans cela, personne ne peut les remplacer pour les accomplir. (3/3).

Nous avons une grande dévotion pour Marthe Robin. Nous sommes convaincus qu’elle a contribué au don de grâces pour beaucoup de personnes et nous prions pour sa béatification. Mais enfin, le Pape, c’est Paul VI. Et, en attendant, le Bienheureux, c’est lui. Par conséquent, insinuer ainsi qu’il a autorisé la communion « dans la main » par faiblesse et sans discernement est bien dénigrant à son égard, à l’égard de l’Eglise du Christ et à l’égard de l’Esprit Saint qui l’éclaire.

Sur la remarque à propos de la religieuse qui donnait la communion. Nous ne savons pas dans quelle mesure elle est de Marthe Robin ou apocryphe. Toujours est-il qu’elle indique, une nouvelle fois pour ce troisième volet de la même question, une grande confusion. Il y a confusion entre :

– la consécration et la célébration de la messe, qui ne peuvent effectivement être faites que par les prêtres. On ne voit pas qui le conteste et cela n’a rien à voir avec le fait de communier dans la main ou non. Quant à la digression sur la confession, nous ne voyons vraiment pas le rapport avec le mode de communion

– la distribution de la communion, qui n’est pas forcément un ministère réservé au prêtre. Elle peut être donnée par un autre ministre ordonné, qu’il soit diacre ou même d’un ordre mineur (acolyte). Mais elle peut être aussi donnée par un ministre extraordinaire, non ordonné, dans les diocèses qui l’ont prévu.

Il n’y a aucune raison, dans ce cas, pour que la religieuse en question ne puisse donner la communion dans le cadre de son ministère extraordinaire.

Marthe Robin, Paul VI et une religieuse (3/3)
1 (20%) 1 vote