Marie, toujours vierge ?

Le correspondant précise : « pas de voyeurisme, mais la question tracasse ». Pas de voyeurisme, c’est un minimum. Pudeur, discrétion et respect en plus, pour faire bonne mesure.

Répondons d’abord aux commentaires accompagnant la question. Le couple de Joseph et Marie est, au regard de la révélation et à bien des égards, un couple « extra-ordinaire ». Mais, dans le concret, il a bien partagé nos « petits tracas quotidien », contrairement à ce que vous dites. Aussi longtemps qu’ils ont vécu l’un avec l’autre, saint Joseph et la Sainte Vierge ont travaillé, prié, porté « le poids du jour et de la chaleur », comme toute les familles et les couples du monde. Ce n’est pas rien, me semble-t-il. Mais il y a plus, ce n’est pas une « famille modèle » dans la forme de sa vie, mais dans son accueil de la volonté divine au quotidien. Par conséquent, que les relations de Joseph et de Marie aient été uniques, par la volonté même de Dieu transmise par les anges, importe assez peu au fond si on s’en tient à l’essentiel, exprimé par la Sainte Vierge : « Que la volonté de Dieu s’accomplisse en moi ». La relation des corps peut faire partie de la volonté de Dieu dans un couple chrétien, cela n’était pas nécessaire dans le couple de saint Joseph et de la Vierge Marie.

Quant à la virginité perpétuelle, vous citez le Catéchisme (nn. 499-500), mais continuez votre lecture aux numéros suivants. C’est un « mystère » dont l’Église, depuis 2000 ans, ne cesse de découvrir la profondeur à propos de « la personne et la mission rédemptrice du Christ et l’accueil de cette mission par Marie pour tous les hommes ». Le catéchisme dévoile quelques facettes de ce mystère, j’y renvoie en soulignant ce qui en semble la porte d’entrée. En effet, s’y dévoile, peu à peu, discrètement, seulement à celui qui se situe dans l’adoration, que Jésus est le Nouvel Adam dont la conception et l’enfantement doivent tout au Saint-Esprit (Jean 1, 13). La vérité de l’Incarnation ne peut pas nous servir de prétexte pour enfermer la naissance du Sauveur dans nos conceptions matérialistes.

Abbé Hervé Courcelle Labrousse

Marie, toujours vierge ?
1 (20%) 1 vote