Mariage naturel et mariage sacramentel

alliance

Question: Quelle est la différence entre le mariage naturel et le mariage sacramentel?

 

L’Eglise a toujours reconnu la validité des mariages non catholiques, quelle que soit la religion des personnes. Scellant l’union de l’homme et de la femme, ils sont signes de l’union de Dieu avec l’humanité puisque, créé à l’image de Dieu (cf. Gn 1), l’homme (l’être humain) est créé « homme et femme » (mâle et femelle). Pour autant, ce mariage n’est pas un sacrement, alors que le mariage chrétien est un sacrement symbole de l’union du Christ et de son Eglise.

Les conditions de sacramentalité et de validité d’un mariage chrétien sont assez complexes et demanderaient de longs développements avec l’expertise d’un canoniste. Pour faire court, disons qu’un mariage sacramentel doit remplir quatre conditions impératives:

  • Liberté (un mariage forcé n’est pas valide);
  • Fidélité dans le mariage, donc monogamie et refus total de l’adultère;
  • Indissolubilité du mariage, donc refus du divorce;
  • Ouverture à la vie. Le mariage n’est pas à proprement parler seulement pour « faire des enfants ». Mais il doit intégrer cette possibilité et ne pas y faire obstacle. Un mariage où les conjoints refuseraient d’avoir des enfants, ou les voudraient « plus tard » ne serait pas valide.

Remarquons qu’un mariage naturel peut très bien remplir ces conditions et que cela est à encourager. Mais c’est une nécessité pour un mariage sacramentel.

En outre, un mariage peut être béni à l’Eglise si un des conjoints n’est pas catholique, qu’il soit d’une autre religion ou protestant. Mais un mariage sacramentel se célèbre entre deux époux catholiques.

Notons également que ces quelques éléments de réponse portent sur un mariage de l’Eglise latine. Un mariage avec un conjoint catholique oriental et/ou célébré dans une église catholique de rite oriental sera sacramentel, mais il faut tenir compte de variantes selon les rites. Par exemple, dans l’Eglise latine, ce sont les époux qui se donnent mutuellement le sacrement, en présence d’un ministre ordonné (diacre, prêtre ou évêque). Dans plusieurs Eglises catholiques orientales, c’est le prêtre (et non un diacre) qui administre le sacrement.

Mariage naturel et mariage sacramentel
Notez cet article