L’état de grâce

La Vierge Marie, écrasant le serpent, triomphe du péché

Dans votre dernière réponse, vous avez parlé “d’état de grâce”. Pouvez-vous préciser de quoi il s’agit?

 

L’état de grâce est l’état de l’âme rachetée par le sang du Christ.

Comme je le disais dans mon dernier article, l’état de grâce se perd par le péché mortel. Et il peut se retrouver par l’absolution sacramentelle.

Il faut préciser que l’on ne peut jamais savoir avec certitude que nous sommes en état de grâce, si ce n’est après avoir reçu l’absolution (ou le baptême). C’est pourquoi, même en l’absence de péché mortel connu sur la conscience, il est bon de se confesser régulièrement (l’Eglise demande aux fidèles de le faire au moins une fois par an, mais c’est bien un minimum et non l’idéal!).

Répondant à ses juges qui voulaient savoir si elle était en état de grâce, sainte Jeanne d’Arc déclara, avec toute la sagesse de la foi et l’humilité d’une grande sainte:

Si j’y suis, Dieu m’y garde. Si je n’y suis, Dieu m’y mette.

L’état de grâce est en effet un don de Dieu.

La seule personne humaine dont nous soyons parfaitement sûrs qu’elle n’a jamais quitté l’état de grâce est la Vierge Marie qui, non seulement fut préservée du péché originel par sa conception immaculée, mais fut encore préservée de commettre aucun péché personnel.

L’état de grâce
5 (100%) 1 vote