L’Esprit-Saint, amour échangé entre le Père et le Fils

Question: Je viens d’entendre un prêtre dire que le Saint-Esprit est l’amour qu’échangent entre eux Dieu le Père et Dieu le Fils. Cela m’a semblé être une diminution de la place de l’Esprit, en tant que Dieu véritable et 3ème Personne de la Sainte Trinité. J’ouvre donc mon catéchisme et je trouve, sur le sujet, cette citation de Jean 20, 22 : « Il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint-Esprit. » Donc Jésus ne génère pas le Saint-Esprit, Il l’envoie juste aux hommes, en accord avec Jean 15 ou Jean 16, qui disent que le Saint-Esprit vient du Père. Qu’en est-il ? Je ne connais aucune justification pour cette vision du Saint-Esprit comme « amour échangé entre le Père et le Fils », et le catéchisme n’a pas l’air de l’appuyer le moins du monde. Qu’en pensez-vous ?

Présenter le dogme de la Trinité en expliquant que l’Esprit-Saint est l’amour qu’échangent entre eux le Père et le Fils est très courant et totalement fondé théologiquement. On trouve cette thématique de Trinité comme échange d’amour entre les Personnes divines chez St Augustin au IVe-Ve siècle, St Thomas d’Aquin au XIIIe, ou, plus récemment, Karl Rahner, théologien expert au Concile de Vatican II au XXe.

La Bible nous révèle que le Père est Dieu, le Fils est Dieu (par exemple, « le Verbe était Dieu », en Jn 1,1). Or, il nous est dit que « Dieu est Esprit » (Jn 4, 24). La formulation est donc légèrement différente. Elle dit bien le Saint-Esprit comme troisième Personne de la Trinité, mais elle dit aussi que sa relation aux deux autres Personnes est légèrement différente.

Le théologien Richard de Saint-Victor, au XIIe siècle, exprime bien cela : « Dieu est amour » (1 Jn 4, 8). Cela signifie donc que, de toute éternité, Il aime, et cela avant la création du monde. Mais qui aime-t-Il s’il n’y a aucune créature ? Dieu, le Père, aime le Fils, qui, puisqu’Il n’est pas une créature, est Lui-même dans la sphère divine. Or, un amour véritable est fécond et ouvre à la vie. Il ne reste pas fermé sur lui-même (pour prendre une analogie humaine, par exemple, l’amour de l’homme et de la femme est fécond quand il s’ouvre à l’enfant). En cela, le Saint-Esprit est cette circulation d’amour fécond entre le Père et le Fils. Et comme un amour n’est jamais égoïste, c’est donc par pur amour que le Dieu Trinité a créé le cosmos, et non par besoin.

Quant à dire que l’Esprit-Saint procède du Père et du Fils, c’est la foi de l’Eglise catholique que nous récitons tous les dimanches dans le Credo. C’est d’ailleurs la foi de toutes les confessions chrétiennes qui partagent avec les catholiques le Credo, y compris les orthodoxes : ils affirment que l’Esprit-Saint procède du Père par le Fils, ce qui est aussi conforme à l’enseignement de l’Eglise catholique. En effet, celle-ci reconnait l’enseignement des Pères grecs comme St Athanase d’Alexandrie, qui ont eu cette formulation.

Cela ne contredit en rien la doctrine des trois Personnes dans la Trinité, telle que présentée dans le Catéchisme de l’Eglise catholique. En termes techniques théologiques, on parle d’engendrement pour le Fils (qui, par conséquent, est « engendré ») et de « spiration » du Saint-Esprit (qui, lui, « procède »).

L’Esprit-Saint, amour échangé entre le Père et le Fils
4 (80%) 2 votes