Les absolutions collectives sont-elles valides?

Les absolutions collectives ne sont valides que dans un cas d’extrême urgence. Par exemple, si un prêtre se trouve dans un bâteau en train de faire naufrage, il peut donner l’absolution à tous les passagers.

Dans le cas général, le sacrement exige 4 éléments, qui ne sont évidemment pas tous présents dans l’absolution collective: la contrition, la confession, l’absolution et la pénitence.

Je précise que ce jugement – qui peut paraître sévère, mais je ne suis pas maître des sacrements et n’ai pas le pouvoir d’en changer la théologie (d’ailleurs, l’Eglise elle-mêem n’a pas ce pouvoir!) – sur l’absolution collective ne concerne pas ce qui se pratique sdouvent aujourd’hui, à savoir une cérémonie pénitentielle collective à la veille des grandes fêtes liturgiques, suivie de confessions (et absolutions) individuelles.

Mon correspondant ajoute que, parfois, dans son diocèse, ceux qui défendent la confession individuelle sont accusés de rompre l’unité. Cette accusation est tout simplement grotesque. Tout sacrement a une dimension ecclésiale, quand bien même il ne concernerait visiblement qu’une personne: un fidèle qui reçoit l’absolution retrouve l’état de grâce et donc la communion des saints. Il élève donc, si je puis dire, le niveau de sainteté du monde. “Toute âme qui s’élève élève le monde”, dit-on.

Si on prend cette accusation au pied de la lettre, il faut aussi dire qu’un baptême rompt l’unité ou qu’un moine qui célèbre la messe seul avec un servant est un odieux individualiste!

Les absolutions collectives sont-elles valides?
4.3 (86.67%) 3 votes