L’Eglise et la Bible

St Jérôme traducteur de la Bible

Un ami protestant m’a dit que l’Eglise catholique interdisait aux laïcs de lire la Bible. Est-ce vrai?

Pas du tout. Ce qui est vrai, c’est que l’Eglise considère qu’un fidèle ne peut pas lire la Bible sans guide. C’est la raison pour laquelle toutes les traductions agréées par l’Eglise catholique comportent des notes, permettant au lecteur de connaître l’interprétation catholique des versets les plus délicats. Par exemple, plusieurs versets des Evangiles parlent des “frères de Jésus” (c’est le cas, de Mc 6,3). L’interprétation spontanée, selon laquelle la Sainte Vierge aurait eu d’autres enfants après Notre-Seigneur, est contraire à la foi catholique (plusieurs conciles, notamment Constantinople II, ont déclaré qu’elle était demeurée vierge avant, pendant et après la naissance du Sauveur). Les guides de lecture des Bibles catholiques expliquent très simplement cette apparente contradiction: le mot grec néo-testamentaire “adelphos” peut se traduire par “frère” au sens familial du mot, mais aussi par “frère” au sens spirituel (au sens où les chrétiens sont frères, comme le dit abondamment saint Paul), ou encore par “cousin”. C’est en ce dernier sens qu’il faut comprendre l’expression “frère de Jésus”: saint Jude ou saint Jacques ne sont pas fils de la Sainte Vierge, mais probablement d’une autre Marie qui était sa cousine.

La Bible, dit la Tradition catholique, doit être lue dans l’Esprit qui l’a écrite. C’est pourquoi nous avons besoin de l’enseignement de la Tradition et du Magistère pour que la lecture des Saintes Ecritures nous soit profitable. On sait que “la lettre tue et l’esprit vivifie”. C’est vrai même de la lettre biblique.

Pour me résumer: il est faux que l’Eglise interdise aux fidèles de lire les Saintes Ecritures, mais il est vrai qu’elle leur demande de faire cette lecture sous la conduite du Magistère (représenté, au strict minimum, par les notes des traductions bibliques officielles).

L’Eglise et la Bible
1 (20%) 1 vote