L’écriteau INRI et les langues sacrées

La Croix du Christ, avec le panneau INRI, dans les trois langues sacrées

Dans une conversation, j’ai dit que l’écriteau placé sur la Croix de Jésus-Christ était en araméen , en latin et grec, alors que saint Jean (XIX,20) parle de l’hébreu, du latin et du grec. L ‘araméen et l’hébreu sont-ils différents ? Est -ce faux de parler de l’un pour l’autre ?

 

Oui, l’araméen et l’hébreu étaient, à l’époque déjà, deux langues différentes. L’araméen était alors la langue parlée en Palestine. Notre-Seigneur a sans doute prêché dans cette langue, y compris dans les synagogues, où les docteurs de la loi commentaient les Ecritures dans la langue vernaculaire. Mais l’hébreu restait la langue sacrée, utilisée au Temple de Jérusalem, et la langue dominante des Saintes Ecritures.

Aujourd’hui encore, l’araméen est la langue de certaines communautés sémitiques (notamment les Syriaques et les Chaldéens), mais, à son tour, l’araméen est devenu une langue sacrée et donc figée (souvent appelée syriaque dans ce contexte).

Quelques textes bibliques ont été partiellement écrits en araméen (celui du prophète Daniel, en particulier). Mais la plupart ont été écrits en hébreu.

Cela étant, hébreu et araméen sont deux langues sémitiques, et, comme telles, elles sont relativement proches: en assistant aux liturgies chaldéennes, on reconnaît parfois des mots hébraïques.

L’écriteau INRI et les langues sacrées
Notez cet article