Le sacrement de la confession n’est-il pas une invention de l’Eglise?

Il est évident que la confession, telle que nous la connaissons aujourd’hui, ne remonte pas aux temps apostoliques. Ce sacrement, comme bien d’autres, et plus encore que d’autres, a profondément évolué. Y compris dans sa théologie (pendant des siècles, il a été réservé aux péchés les plus graves et ne pouvait être donné qu’une fois). Dans sa version actuelle (confession individuelle des péchés, possibilité de recevoir le sacrement un nombre illimité de fois…), il remonte à peu près au Moyen Âge.

En revanche, l’idée que le Christ a donné à l’Eglise, et plus spécifiquement à ses Apôtres et à leurs successeurs, le pouvoir de remettre les péchés est une idée profondément inscrite dans l’Ecriture Sainte. Voici deux passages de l’Evangile qui le prouvent abondamment:

1) Avant de monter à Jérusalem (Mt XVIII,18), le Christ déclare à ses Apôtres (après l’avoir dit à saint Pierre seul, en Mt XVI,19):

Tout ce que vous lierez sur la terre sera tenu au ciel pour lié, et tout ce que vous délierez sur la terre sera tenu au ciel pour délié.

2) Lors d’une apparition après la Résurrection (Jn XX,22-23), le Christ dit à ses Apôtres:

Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.

Nous pouvons donc bien affirmer que le sacrement de pénitence  a été institué par le Christ Lui-même et n’est pas une “invention” de l’Eglise.

Le sacrement de la confession n’est-il pas une invention de l’Eglise?
4.5 (90%) 4 votes