L’Apocalypse met-elle en valeur l’Islam et les autres religions?

Quelqu’un pourrait-il me dire ce que signifie cette lecture : « La nuit aura disparu, le Seigneur Dieu les illuminera » (Ap 22, 1-7). Se peut-il qu’1 des bras du fleuve soit le christianisme et l’autre les autres religions ? Ou christianisme sur un bras et musulmans sur l’autre ? Ou… 12 comme 12 apôtres… c’est ce qui m’a interpelé. L’apocalypse m’étant “inconnue”, merci de simplifier votre réponse.

1° Sur la première question, l’idée est que la nuit est traditionnellement le moment du mal et de la mort (les ténèbres). On retrouve cette vision des choses dans de très nombreuses religions et philosophies et le christianisme ne fait pas exception. Donc, la fin de l’Apocalypse décrit ces cieux nouveaux et une nouvelle terre où la nuit aura disparu, c’est-à-dire toute espèce de mal.

Mais l’auteur précise que cela ne vient pas d’un phénomène cosmique naturel (par exemple, si la terre arrêtait de tourner sur elle-même, il ferait jour tout le temps sur la face exposée au soleil). Rien de tel. Cette disparition de la mort et du mal est un acte souverain de Dieu, et c’est sa lumière qui éclaire directement les élus. Qui sont par conséquent directement face à face avec lui, ce qui est la béatitude suprême et le but de toute vie spirituelle.

2° Nous répondons ensuite à la dernière question. Oui, bien sûr, 12 comme 12 apôtres. Qui représentent eux-mêmes les 12 tribus d’Israël.

3° Venons-en aux 2 questions centrales. Nous n’hésiterons pas à dire que ces hypothèses sont absurdes. D’abord, l’Islam n’existait pas lors de la rédaction du livre, donc le texte ne risque pas de parler d’une religion née 500 ans après.

Ensuite, toute l’œuvre ne fait que mettre en valeur les disciples que restent fidèles au Christ et refusent les séductions des autres religions, des idéologies et de leurs leaders. Ces autres idéologies (qu’elles soient religieuses, philosophiques ou politiques) s’avèrent toujours aliénantes et criminelles à l’égard des disciples de Jésus.

L’Apocalypse ne risque pas de voir dans un bras du fleuve qui coule du trône de Dieu une apologie des autres religions et idéologies, qu’elle dénonce au contraire. Ajoutons que les Epîtres de St Jean et la Deuxième Epître de St Paul aux Thessaloniciens décrivent l’Antichrist (ou Antéchrist) : celui qui vient après le Christ et se dresse contre lui en en revendiquant la seigneurie. Or, Mahomet est décrit dans l’Islam comme le dernier prophète, le « sceau des prophètes ». Ce rôle de prophète ultime supérieur au Christ se retrouve chez les fondateurs des Mormons et Témoins de Jéhovah, Mani à l’origine de tous les manichéismes, Moon, Ron Hubbard – le fondateur de la scientologie – Zarathoustra (c’est-à-dire le double du philosophe) chez Nietzsche, le marxisme dialectique qui prétend abolir la religion et tous ceux qui prétendent le faire à travers la psychanalyse athée, le transhumanisme, le positivisme, la franc-maçonnerie, l’écologie etc…

A l’inverse, l’Apocalypse met en valeur le courage de « ceux qui sont fidèles aux commandements de Dieu et qui sont témoins de Jésus » et le salut qui leur est promis. Le spécialiste de St Jean Yves Simoens y voit les Juifs et les chrétiens.

Pour en savoir plus sur l’Apocalypse, nous espérons que ces articles sont abordables et aident à comprendre ce texte difficile mais lumineux : https://www.reponses-catholiques.fr/lapocalypse/; https://www.reponses-catholiques.fr/lapocalypse-2/; https://www.reponses-catholiques.fr/apocalypse-12-et-immaculee-conception/; https://www.reponses-catholiques.fr/femme-de-lapocalypse-ou-vierge-des-sept-douleurs/; https://www.reponses-catholiques.fr/le-cavalier-blanc-de-lapocalypse/.

Répondre