La traduction du Notre Père

 

La tentation du Christ

Je voudrais savoir pourquoi, et depuis quand, on nous oblige à dire dans le Notre Père: « Ne nous soumets pas à la tentation ».

 

La traduction de la sixième demande du Pater n’est pas aisée. Mais il est clair que la traduction contemporaine est particulièrement mauvaise, puisqu’elle laisse supposer que Dieu est Lui-même tentateur, alors que la tentation nous vient du diable. Dieu peut nous laisser tenter, pour qu’en sorte un plus grand bien (comme notre constance dans l’épreuve), mais Il ne peut évidemment nous tenter Lui-même.

 

La version latine de la prière « Ne nos inducas in tentationem » ne doit pas se comprendre « Ne nous induisez pas en tentation », comme je l’ai parfois entendu, mais « Ne nous conduisez pas dans (à travers) la tentation », c’est-à-dire un sens très proche de la version française traditionnelle « Ne nous laissez pas succomber à la tentation ».

Il semble que cette traduction gênante ait été proposée pour la première fois par un protestant dans les années 1920. Dans les années 1970 (où l’on vit bien des absurdités doctrinales et liturgiques, à commencer par la traduction hérétique du Credo), cette traduction fut imposée en France. Souhaitons qu’à la faveur de la révision actuellement en cours des traductions liturgiques, on puisse obtenir une traduction moins gênante au plan doctrinal.

La traduction du Notre Père
5 (100%) 2 votes