La prédestination, la volonté de Dieu et ma volonté libre

Dieu ne sait donc pas à l’avance ce qu’il va arriver dans nos vies ? Rien de ce qui se passe dans notre vie n’est prédestiné ? Alors comment savoir si le chemin que j’emprunte est bien de la volonté de Dieu ?

La question n’est pas tellement de savoir si Dieu sait à l’avance ce qui va arriver dans nos vies mais de savoir si nos décisions sont prédestinées, c’est-à-dire décidées par un autre (Dieu, le destin) que nous-mêmes. Ce n’est pas la même chose. Un bon généticien peut éventuellement savoir que nous allons développer une maladie. Il n’y a pas besoin d’être Dieu pour avoir le discernement afin de savoir quel comportement aura une personne dans une situation ou une autre. Un bon psy peut le faire. Mais cela n’empêche pas le sujet d’être libre.

Car la foi catholique nous enseigne de façon constante que Dieu nous a créés libres et que, non, nos actes volontaires ne sont pas prédestinés. Notre libre-arbitre est une réalité. Encore une fois, la théologie catholique l’a toujours affirmé, contre les Protestants, ou contre les jansénistes. D’ailleurs, depuis la Déclaration d’Augsbourg de 1999, la plupart des églises luthériennes ont renoncé à la doctrine de la prédestination. Et même plusieurs églises calvinistes, non signataires de ce texte, n’osent plus parler de prédestination, vue la violence inouïe qu’elle fait à la dignité de l’homme, réduit à être un pantin qui déroule un plan pré-établi par un autre.

Du coup, la volonté de Dieu est ma volonté, mais ma volonté accomplie en fidélité à la foi catholique et selon une intention droite. Faire la volonté de Dieu, cela se choisit donc et, surtout, cela s’apprend :

  • en étant fidèle aux Commandements de l’Eglise
  • en ayant une vie sacramentelle régulière
  • en s’exerçant à la charité à chaque occasion possible, en s’engageant au service des autres. Depuis Aristote, on sait que la vertu s’éduque et que, plus on la pratique, plus on agira spontanément vertueusement dans une situation inédite
  • en ayant une vie de prière profonde. Quand nous disons « profonde », nous ne voulons pas dire réciter quelques patenôtre par-ci par-là, mais une vraie vie de prière, avec une oraison mentale ou une adoration pendant au moins 20 minutes chaque jour et/ou un chapelet réellement médité
  • en lisant chaque jour la Parole de Dieu. Les charismatiques savent bien à quel point un texte va éclairer ma décision à un instant t
  • en relisant sa journée tous les soirs et sa vie une fois par semaine, en prenant des notes
  • enfin, en ayant un accompagnement spirituel sérieux.

Sur ce dernier point, depuis les Pères du désert, on sait bien qu’on ne peut progresser dans la vie spirituelle, et donc façonner sa propre volonté selon la volonté de Dieu, sans un accompagnateur spirituel. Et, depuis le XVIe siècle, les Exercices spirituels de St Ignace sont la référence sur ce point. Loin d’être réservés aux jésuites, ils sont « un bien de l’Eglise » destinés à tous. Tout le monde ne va pas faire les « Trente jours » des Exercices spirituels mais tout le monde a à gagner en apprenant à prier selon cette méthode et en se faisant accompagner. C’est le meilleur moyen pour avoir discernement  dans l’exercice de ses actions. Ce n’est pas pour rien que la plupart des séminaristes, ignaciens ou non, font maintenant les “Trente jours”, donc une longue retraite selon les Exercices.

Bref, faire la volonté de Dieu, c’est agir librement mais en ayant prié avant et en ayant confronté sa propre volonté au discernement d’un accompagnateur.

La prédestination, la volonté de Dieu et ma volonté libre
3.3 (65.71%) 7 votes