La même messe partout?

Quand on va à la messe d’une paroisse à l’autre, est-ce la même messe?

A l’inverse de ce que nous avons dit sur les églises de confessions non catholiques, la messe est bien sûr la même dans chaque église catholique. La célébration est organisée autour d’un rituel, qui comporte une partie, appelée « Ordinaire », commune à toutes les célébrations. Les lectures sont fixées selon un plan tri-annuel chaque jour. Les fêtes solennisées sont également fixées dans le calendrier liturgie, tout comme les fêtes tout court, et les mémoires (où, en général, seule l’oraison d’entrée et finale sont adaptées au saint fêté ce jour-là). S’il y a conflit de date, par exemple entre un dimanche et une fête, des règles de priorité sont établies.

Evidemment, chaque eucharistie a une partie adaptée selon les paroisses, villes, voire pays : choix des chants, de la prière eucharistique – il y en a quatre, sans compter des spéciales comme pour les enfants etc – prières pour des personnes pour qui une messe a été demandée, parfois des variantes possibles dans les choix des lectures, actes liturgiques spécifiques : chorale, procession etc. Les saints propres à une ville ou un pays y seront célébrés par une fête, alors qu’ils ne le seront pas ailleurs.

Il y a aussi des adaptations et un rituel spécifique si un sacrement, sacramental ou occasion spéciale sont célébrés à ce moment-là : mariage, baptême, ordination, funérailles, voire entrée en Eglise de catéchumènes, messe de scouts etc.

Ces considérations se rapportent au rite ordinaire de l’Eglise catholique (ou « messe selon le rituel du Bx Paul VI », ou « messe dans la langue du lieu »). Il existe aussi un rite extraordinaire catholique, dit « de St Pie V » ou « messe en latin ». Et, pour être tout à fait complet, quelques rituels sont autorisés dans certains lieux, comme le rituel milanais dans le Diocèse de Milan ou la « messe indienne » en Inde.

Ce qui permet de signaler que des messes lefebvristes ne rentrent pas dans ce cadre. Ce ne sont pas des « messes en latin » autorisés dans l’Eglise catholique à ce stade. Certes, le Pape François propose une grande tolérance pour les fidèles qui recevraient des sacrements dans des églises lefebvristes, dans un souci pastoral, pour que les personnes ne bonne foi reçoivent licitement un sacrement plutôt que de ne pas le recevoir du tout. Il espère aussi faire ainsi avancer le retour à la pleine communion avec les membres de cette église. Mais un fidèle averti ne doit pas le faire tant que la pleine communion n’est pas retrouvée. On en revient alors aux cas de la question précédente.

La même messe partout?
2 (40%) 3 votes