La crainte de Dieu

En adorant le Saint-Sacrement, nous nous prosternons devant notre Créateur et recevons le don de crainte de Dieu...

Question: pourquoi dit-on que la crainte de Dieu est un don du Saint-Esprit, alors que saint Jean dit que l’amour parfait bannit la crainte?

Effectivement, on lit dans la première épître de saint Jean (1Jn IV,18):

Il n’y a pas de crainte dans l’amour ; au contraire, le parfait amour bannit la crainte, car la crainte implique un châtiment, et celui qui craint n’est point parvenu à la perfection de l’amour.

Cela paraît contradictoire avec le fait que la crainte de Dieu soit l’un des sept dons traditionnellement demandés au Saint-Esprit.

Mais la contradiction n’est qu’apparente. Il ne s’agit pas de la même crainte.

La crainte que critique saint Jean, c’est celle qui pousse à choisir Dieu par peur des châtiments éternels. Et il est bien certain que les saints choisissent Dieu par amour et non par peur de l’enfer (soit dit en passant, on a beaucoup dénigré la peur de l’enfer, mais cette peur me semble parfaitement normale et justifiée et elle me paraît un premier pas vers la recherche d’une vie en Dieu. Je crois donc que ces dénigrements sont très exagérés).

La crainte de Dieu comme don du Saint-Esprit, c’est la simple reconnaissance de l’infinie grandeur de Dieu. C’est, si l’on préfère, l’esprit d’adoration. Par le baptême, nous sommes certes devenus des familiers de Dieu, mais Dieu reste infiniment plus grand que nous. Il reste notre Créateur, à qui nous devons l’existence. Ne pas reconnaître cette infinie grandeur de Dieu ne serait pas seulement impie. Ce serait d’abord tout simplement stupide et la preuve d’un curieux aveuglement!

La crainte de Dieu
3 (60%) 3 votes