La Bible parle-t-elle de l’Enfer? (1/3)

L’enfer où souffriront éternellement les damnés existe-t-il? CF. Michel Fromaget 2017 De l’enfer introuvable à l’immortalité retrouvée. L’Harmattan, Paris. Etude philosophique et exégétique pour démontrer que ce dogme du catéchisme est une création de l’Eglise, absent du christianisme originel (1/3).

Nous n’avons pas lu le livre de Michel Fromaget et nous ne pouvons donc pas le commenter. Nous comprenons que sa thèse est que la foi des fins dernières du christianisme originel n’incluait pas le dogme de l’Enfer et que l’auteur se fonde sur les textes pour le justifier. La question posée soulève à partir de là trois aspects.

1° La Bible parle-t-elle de l’Enfer ?

La thèse de Fromaget nous semble difficile à soutenir, néanmoins, car, si  le terme n’est pas employé tel quel dans la Bible, la notion qui y correspond est bien présente. Plusieurs passages des Evangiles montrent Jésus parler de la géhenne ou des ténèbres extérieures. Ainsi en :

– Mt 5, 22 : « Eh bien ! moi, je vous dis : Tout  homme que se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Celui qui dira à son frère : Raca ! (vaurien) devra passer devant le sanhédrin. Celui qui traitera son frère de fou mérite d’être puni par le feu de la géhenne. »

– Mt 5, 30 : « Et si ta main droite peut causer ta chute (te conduire en enfer), coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. »

– Mt 13, 50 : « et ils les jetteront dans la fournaise ardente, ou il y a des pleurs et des grincements de dents. »

C’est surtout l’Evangile de Mathieu qui mentionne la géhenne ou les pleurs et grincements de dents, au moins quatorze fois. La Géhenne est une vallée en dehors de Jérusalem où des sacrifices humains d’enfants avaient eu lieu, bref un lieu d’horreur pour la mentalité juive du Ier siècle. Cela n’empêche pas Luc, qui s’adresse à un public gréco-romain à qui la « géhenne » ne signifie rien, d’évoquer un lieu de torture dans la Parabole du riche et du pauvre Lazare : « Au séjour des morts, il [le riche] était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. » (Lc 16, 23).

Ailleurs dans le Nouveau Testament, l’Enfer est clairement évoqué dans l’Apocalypse : « La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux; et chacun fut jugé selon ses oeuvres. Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. » (Ap 20, 13-15).

Ces croyances ne sortent pas de nulle part et s’inscrivent dans l’Histoire biblique. Nous renvoyons le lecteur à notre article « Il est descendu aux enfers » (https://www.reponses-catholiques.fr/il-est-descendu-aux-enfers/) pour comprendre la construction au fil des siècles de la doctrine juive des fins dernières, reprises dans le christianisme. Toujours est-il que les textes qui l’évoquent le plus clairement sont le Deuxième livre des Maccabées au chapitre sept et le Livre de Daniel (Dn 12), qui se rapporte plus ou moins aux mêmes événements de la guerre contre Antiochus Epiphane, mais sous un angle différent. Rappelons que 2 M 7 montre les sept frères et leur mère mourir les uns après les autres en affirmant leur foi en la résurrection.

– En 2 M 7, 36, le dernier frère menace ainsi Antiochus : « Quant à nos frères, après avoir supporté une douleur passagère, en vue d’une vie intarissable, ils sont tombés pour l’alliance de Dieu, tandis que toi, par le jugement de Dieu, tu porteras le juste châtiment de ton orgueil. ».

– Et en Dn 12, 2 : « Et beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle et les autres pour la honte, pour être un objet d’horreur éternelle.»

Résurrection et châtiment éternels, autrement dit l’Enfer, sont donc posés dès l’Ancien Testament.

La Bible parle-t-elle de l’Enfer? (1/3)
4.5 (89.23%) 13 votes