L’Islam est-il dangereux ?

Pour répondre à cette question, il faudrait d’abord savoir de quoi on parle. De l’Islam comme religion, comme communauté sociologique ou ethnique ? comme culture ? comme mouvement politique ? Faut-il en juger d’après ce qui se vit dans les pays où il est majoritaire, ou d’après les musulmans installés récemment dans le reste du monde ? Est-ce son enseignement qui est en cause ? sa ou ses pratiques réelles ? Faut-il juger du comportement de telle ou telle personne qui s’en réclame ?

Est-il tout simplement raisonnable de parler d’« islam », car il y a tant de manières de voir différentes chez ceux-là même qui s’en réclament ? Peut-on réfléchir en général sur une réalité qui n’a ni unité ni principe d’unité ou, en d’autres termes d’une religion qui n’a ni clergé ni structure commune ?

Bref, réfléchir, c’est commencer par se poser les bonnes questions, avant même de songer à trouver des réponses. Il faudrait donc préciser la question, si on veut avoir une chance de sortir des propos débiles, superficiels ou instrumentalisés.

D’un point de vue catholique, je ne prends qu’un exemple. Entre un bobo hédoniste, relativiste et « progressiste » occidental, défenseur de l’avortement et des perversions morales en tout genre, et un père de famille musulman qui tente d’élever sa famille dans le respect de Dieu, de la foi et dans la droiture morale, qui est le plus « dangereux » pour le chrétien ?

Après, il s’agit de reprendre les questions, point par point, et d’essayer d’analyser, de distinguer, bref, de faire œuvre de raison. C’est un travail long, mais nécessaire, pour éviter deux écueils : l’hystérie et la naïveté.

Il faudra y revenir.

Abbé Hervé Courcelle Labrousse

L’Islam est-il dangereux ?
2 (40%) 6 votes