J’ai un bébé et il est « un peu » bruyant à la messe, que dois-je faire ?

Çà, c’est une question piège ! Une chausse-trappe pour les curés. Si vous répondez : « Restez chez vous, Madame, et vous reviendrez quand il sera plus grand », on vous répond que vous n’aimez pas les familles. Si vous répondez : « Pas de problème, on accueille tout le monde », les bons paroissiens qui tentent se recueillir à la messe malgré les hurlements de la charmante créature vous diront : « Vous ne favorisez pas la liturgie ! ». Et j’ajoute que la dite créature bientôt rampante ou courante, développera encore sa capacité de nuisance d’expression, surtout si elle se retrouve en compagnie d’autres congénères de son espèce.

Que faire ?

Mes confrères américains ont trouvé la solution. Pour faire une bonne paroisse, il faut d’abord un parking, et ensuite une garderie d’enfants pendant la grand-messe.

Plus sérieusement, tout est dans l’attention aux autres, de la part de tous les paroissiens. Que les parents ne considèrent pas que leur charmante progéniture ait tous les droits sous prétexte que nous sommes dans la maison du Bon Dieu. Que les paroissiens se disent qu’une participation de temps à autre à la garderie permettrait aux jeunes parents de participer plus tranquillement à l’office.

Si on veut en venir aux détails concrets, comme curé, je demandais qu’au moins pendant la prédication, les plus bruyants des paroissiens soient emmenés en promenade. À cet instant tout le monde, prédicateur compris, a besoin d’un peu plus de concentration. Le reste du temps, Ecclesia supplet par la force de la Divine Liturgie.

Abbé Hervé Courcelle Labrousse

Notez cet article