Inceste

Les relations avec un proche de lien parenté au 1er degré sont elles possibles? (A savoir que les deux personnes concernées sont consentantes et majeures, et qu’elles s’aiment, étant heureuses sans faire de mal à quiconque) 

Nous comprenons de la question sur le fait d’aimer un parent au 1e degré qu’il s’agit d’un amour entre frère et soeur, père et fille, mère et fils (ou entre frères, soeurs, père et fils, mère et fille. De nos jours, il faut prendre en compte ces possibilités). Car, s’il s’agit de cousins germains, l’Eglise autorise leur mariage, et donc le fait d’avoir des relations sexuelles et de fonder une famille, avec une dispense spéciale et sous certaines conditions. Il faut alors s’adresser à son curé dans ce cas, car il devra consulter un spécialiste du droit canonique du diocèse.

Mais, revenons aux cas entre frère et soeur ou parent et enfant. Tout d’abord, nous ne doutons pas de la sincérité des sentiments de l’une et l’autre personne. Elles s’aiment certainement ou, du moins, pensent s’aimer.

Mais malheureusement, c’est ce que disent toutes les personnes engagées dans une relation désordonnées. Tous les adultères s’aiment, tous les homosexuels s’aiment, tous les SM disent s’aimer à leur façon, même, dans les cas les plus graves, des pédophiles affirment sincèrement qu’ils aiment leur victime. Et c’est parfois réciproque. Cela n’empêche pas que ces relations sont désordonnées et parfois criminelles.

En outre, nous pouvons affirmer que la Parole de Dieu oppose un interdit absolu sur ce type de relations incestueuses. La Bible le spécifie bien au chapitre 18 du Lévitique. Ce site explique bien, verset par verset, les incestes concernés: https://lesdokimos.wordpress.com/2012/10/09/la-prohibition-de-linceste-selon-la-bible/. Il est clair que les relations entre parent et enfant, frère et soeur, même s’ils n’ont pas grandi ensemble, sont totalement proscrits. Mais c’est le cas de façon beaucoup plus large entre oncle/tante et neveu/nièce, demi-frère et soeur, beaux-parents et enfant de leur conjoint, grands-parents et petits enfants, beau-frère et belle soeur etc. Donc nous ne pouvons que dire que cette relation est un péché grave pour un chrétien.

D’ailleurs, la plupart des cultures bannissent l’inceste, au moins à ce degré de parenté. C’est même un interdit fondamental que psychanalystes et anthropologues ont détecté dans toutes les sociétés humaines. La simple loi naturelle l’interdit donc absolument.

Pourquoi? Sans être Freud, on voit que cette relation est mortifère, d’une part pour les enfants qui pourraient en naitre, mais aussi qu’elle n’ouvre pas à l’altérité, à la différence, qu’elle ne permet pas de faire société et de vivre ensemble Si tout le monde fait pareil, aucune civilisation n’est possible. D’ailleurs, “inceste”, incastus en latin, est le contraire de “chasteté”: on ne respecte pas la juste distance avec celui ou celle sur qui on ne doit pas mettre la main. De plus, elle est presque systématiquement le fruit de relations d’emprise et de manipulations, mêmes inconscientes. C’est évident entre un parent et un enfant, mais aussi entre frère et sœur, ne serait-ce que parce que l’un est l’aîné de l’autre.

Nous ne pouvons qu’encourager à mettre fin à ce genre de relation fusionnelle qui n’ouvrira pas à la vie. D’une part, aller parler à un prêtre de toute urgence. D’autre part, nous recommandons d’aller à une session de prière de guérison intérieure, il y en a dans de nombreuses villes, maintenant, comme à St Nicolas des champs tous les jeudis, à Paris. Des communautés du Renouveau charismatique offrent aussi des sessions de guérison plus approfondies, comme les sessions Samuel à l’église de la Trinité à Paris, ou des retraites de guérison, comme au Chemin Neuf. Des prières de délivrance peuvent y être prononcées. Enfin, un travail de psychothérapie peut aider pour avancer sur les relations fusionnelles qui se sont mises en place dans la famille en question.

Inceste
4.7 (93.33%) 6 votes