Guerre et homicide

Très tôt, l'Eglise a reconnu la sainteté de certains soldats. Ici, saint Maurice.

Question : En temps de guerre, un soldat qui commet le crime d’homicide commet-il aussi le péché d’homicide ? et en cas de guerres qui soutiennent des causes justes (la défense d’une nation, sa libération (Résistance)…) ?

Sur la distinction entre crime et péché, je renvoie à ce que j’ai écrit sur le sujet à propos de l’avortement. Cette distinction vaut, bien sûr, ici aussi.

Cependant, il faut rappeler qu’il existe des cas où tuer un homme n’est ni un crime, ni un péché. C’est le cas pour les guerres justes. Traditionnellement, on considère, avec saint Thomas d’Aquin, qu’il faut trois critères fondamentaux pour qu’une guerre soit juste: qu’elle soit déclarée par l’autorité légitime, qu’elle serve une juste cause et qu’elle soit menée avec une intention droite. La mauvaise foi des belligérants entraîne souvent des controverses sur ces points, mais cela n’empêche pas les principes d’être solides!

Un soldat qui, avec une intention droite, tue dans le cadre d’une telle guerre n’est ni criminel, ni coupable du péché d’homicide.

Guerre et homicide
Notez cet article