Gardons nous la mémoire au Paradis?

Gardons-nous toutes nos pensées et nos souvenirs de notre vie passée sur terre une fois arrivé au paradis ?

L’Eglise (et le judaïsme rabbinique aussi, d’ailleurs) a écarté toute une série de textes religieux qui spéculaient sur l’au-delà et tentaient de l’imaginer de façon trop précise. Les écrits canoniques retenus dans la Bible sont donc très sobres sur ces questions.

Ils affirment cependant un Jugement Dernier (Mathieu 25, l’Apocalypse et sa « seconde mort »). Comment imaginer juger quelqu’un qui n’aurait plus de souvenirs de ce qu’il a fait dans sa vie terrestre et plus de pensées ? Le moindre tribunal le jugerait irresponsable et l’acquitterait. Quel sens aurait l’Enfer pour quelqu’un qui n’aurait plus conscience de son péché ? Comment pourrait s’opérer le processus de repentir et de purification du Purgatoire si la personne ne sait pas pourquoi elle est là ? Comment prier à l’intercession de saints et bienheureux s’ils ne savent pas pourquoi ils le sont ?

En outre, Jésus ressuscité n’a pas perdu la mémoire entre sa crucifixion et sa résurrection. Il reconnait bien les Apôtres et sait bien pourquoi Il a des marques de clous dans ses membres. Il se souvient des Ecritures. Ou encore, dans la Parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare (Lc 16, 19-30), le riche sait bien d’où il vient et pourquoi, se rappelle de ses frères et demande à Abraham de les prévenir. Ou alors, toujours chez St Luc, le Bon Larron (Lc 23, 42-43) se retrouverait au Paradis sans savoir ni grâce à qui, ni pourquoi, ni ce qu’il fait là ?

Gardons nous la mémoire au Paradis?
4.8 (95%) 8 votes