Funérailles d’un bébé non baptisé

Les funérailles chrétiennes peuvent-elles être refusées à un nourrisson mort avant que ses parents aient pu le faire baptiser ?

Nous comprenons de la question que les parents avaient l’intention de faire baptiser l’enfant.

Ce point sera à discerner dans la paroisse des parents, lors que dialogue avec la personne en mission de la pastorale des funérailles qui rencontrera la famille de l’enfant décédé. Les réponses sont rarement toutes faites. La situation de cette famille et son échange avec le curé ou l’équipe pastorale seront des éléments clefs.

On peut cependant indiquer une piste : comme vu à la question précédente, un catéchumène mourant avant son baptême est considéré comme chrétien et peut avoir des funérailles chrétiennes. Si les parents avaient l’intention ferme de faire baptiser leur enfant bébé (et si ce n’était pas une vague idée pour un « plus tard » indéfini), le cas de ce petit bébé peut être proche du cas du catéchumène. Comme tout sacrement, le désir du sacrement qui n’a pu être reçu pour des raisons insurmontables approche du sacrement (ce qu’on appelle la « communion du désir »). A notre connaissance, des décès de ce type dans des familles chrétiennes reçoivent évidemment des funérailles religieuses. Il ne s’agit pas d’ajouter à la détresse du deuil une douleur spirituelle.

Ajoutons que Benoît XVI a expliqué publiquement que la notion de « limbes » n’était pas confirmée théologiquement. Il n’y a donc pas lieu de douter de la miséricorde divine pour un tout petit enfant parce qu’il ne serait pas baptisé.

Funérailles d’un bébé non baptisé
4.36 (87.14%) 14 votes