Fréquenter des incroyants?

Certains affirment que nous chrétiens ne devrions pas fréquenter les non croyants, notamment en se basant sur une parole de St Paul : « Nous vous ordonnons, frères, au nom du Seigneur Jésus Christ, de vous tenir à distance de tout frère qui mène une vie désordonnée et contraire à la tradition que vous avez reçue de nous » (2 Thessaloniciens 3,6). J’imagine que tout le monde fréquente des incroyants et je pense que c’est notre devoir de témoigner de l’amour et la miséricorde de Jésus, donc j’aimerais savoir comment interpréter et comprendre ce verset qui me semble souvent sortit de son contexte ?

Tout à fait, ce verset de St Paul mérite d’être contextualisé et, surtout, ne pas être interprété faussement. Déjà, être incroyant et mener une vie désordonnée, ce n’est pas la même chose. Des personnes d’autres religions ou n’ayant jamais reçu d’éducation religieuse peuvent tout à fait avoir une vie droite.

Le Pape François rappelle régulièrement que tout catholique doit être « disciple-missionnaire ». Cela s’appuie sur l’Ecriture : « Malheur à moi si je n’annonce pas l’Evangile », nous dit aussi St Paul (1 Co 9, 16). Cela suppose évidemment d’annoncer l’Evangile à quelqu’un, et à quelqu’un qui ne le connait pas. Donc un incroyant ou une personne d’une autre religion. Ce qui implique forcément de le fréquenter d’une manière ou d’une autre.

En revanche, fréquenter des personnes ayant une vie désordonnée, c’est un peu autre chose. Il y a fréquenter et fréquenter. Certes, il faut les côtoyer suffisamment pour leur annoncer, à elles aussi, l’Evangile. Mais cela ne veut pas dire les suivre dans leurs désordres et se mettre soi-même en danger de perdre sa propre intégrité. « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups » (Mt 10, 16), nous dit le Christ. Mais cela ne veut jamais dire pécher avec les pécheurs. C’est en ce sens que le verset de 2 Th 3, 6 peut se comprendre.

Fréquenter des incroyants?
3.9 (77.78%) 9 votes