Franc-maçonnerie et foi catholique (1/2)

J’ai lu vos articles concernant la franc-maçonnerie et vous remercie de ce travail. J’ai été moi-même non pas franc-maçon, mais martiniste, c’est à dire membre d’une société para-maçonnique, pendant plus de 25 ans… et je peux dire que je connais bien la franc-maçonnerie et ai connu beaucoup de francs-maçons. Il est toujours important de rappeler l’incompatibilité des deux appartenances, sans oublier de rappeler la richesse de l’Eglise et le miroir aux alouettes jargonnant de l’ésotérisme. (…) Et après vous avoir dit ceci, ne serait-il pas opportun d’apporter des éléments pour aider au discernement des catholiques sur ces sujets (…)?  (1/2).

Nous n’avons pas publié d’article récent sur la franc-maçonnerie mais nous nous réjouissons de voir qu’ils ont été utiles à nos lecteurs. Nous souscrivons tout à fait aux propos de la question et estimons que les éléments à apporter au discernement des catholiques sont de plusieurs ordres.

1° Le plan philosophique et théologique est le plus méconnu et, pourtant, il est essentiel. Contrairement à ce que disent des maçons, il n’est pas compatible sur le plan logique d’être chrétien et franc-maçon à la fois. En effet,

–  On ne peut pas croire à la fois à un Grand Architecte de l’Univers qui en soit ensuite en retrait et en un Dieu provident qui agît dans l’Histoire. C’est croire au « Dieu des philosophes » que fustige Pascal, et non dans le Dieu des chrétiens

–  On ne peut pas croire à la fois que le Christ est l’Unique Médiateur et que l’homme ayant reçu l’initiation maçonnique peut se sauver et sauver les autres par lui-même. Ce n’est qu’une vague résurgence de l’hérésie pélagienne

– On ne peut pas croire en un progrès humain et que les problèmes de l’humanité seront résolus par la science et croire à la rédemption par la mort et la résurrection du Christ.

– On ne peut croire que l’initiation et l’ésotérisme maçonnique sont nécessaires pour le progrès de la personne initiée et que la Bonne Nouvelle est annoncée à tous, « criée sur les toits » et « cachée aux sages et aux intelligents ». C’est un avatar de la gnose, hérésie condamnée par l’Eglise dès les Epîtres de Jean dans le Nouveau Testament

2° Sur le plan ecclésial, les sociétés secrètes sont incompatibles avec l’Eglise dont les sacrements sont publics. En outre, l’obéissance à l’évêque, ou à son supérieur pour ceux engagés par des vœux, réduisent à néant les hiérarchies maçonniques et leur secret

3° Sur le plan spirituel, les différents témoignages de maçons qui se sont ensuite convertis au catholicisme indiquent clairement que, au moins à partir de certains hauts grades, des rites occultes sont forcément des profanations contre la foi catholique : profanation de saintes espèces, violence, fut-elle symbolique, à l’égard de la personne du Pape etc. Bien sûr, la plupart des maçons se disant catholiques ou simplement respectueux de la foi des autres nieront ce point et peut-être sont-ils sincères. Dans ce cas, c’est simplement qu’ils ne sont pas assez gradés !

Le témoignage de Serge Abad-Gallardo est à ce titre éloquent, mais il n’est pas le seul. Le lecteur voulant aller plus loin pourra lire son livre Je servais Lucifer sans le savoir.

Franc-maçonnerie et foi catholique (1/2)
3.33 (66.67%) 3 votes