Forme artistique dangereuse? (1/2)

Pourquoi ne pas dire simplement qu’il est dangereux d’écouter, lire, voir, visiter certaines formes d’expression artistiques. On ne blasphème pas de façon clignotante. Il court votre blasphème tant que vous ne l’avez pas renié publiquement et que vous n’avez pas confessé votre crime pour vous réconcilier avec le Seigneur. Métal chrétien? Le groupe Trust enregistrant des chansons de Noël? C’est en cela que ça consiste? Ou les gospels américains où les pasteurs évangélistes à quelle que dénomination qu’ils appartiennent, mettent leur audition en transe. Est-ce cela le Métal chrétien ? Pouvons-nous rire, danser, aimer ceux qui pactisent avec le démon pour composer de superbes chansons, une fois que nous avons appris l’origine de leur inspiration, ne faut-il pas les déposer par amour pour le bon Dieu ? (1/2)

Cette question à propos de notre article « Musique non chrétienne » (https://www.reponses-catholiques.fr/musique-non-chretienne) se décompose en une multitude de thèmes. Nous scindons notre réponse en deux pour regrouper ce qui concerne la culture musicale proprement dite, et ensuite, des considérations plus ou moins théologiques.

La première thématique, en effet, relève plutôt de la culture musicale que de la théologie. Tout d’abord, nous avons écrit qu’il convient de « Fuir, cependant, les textes hyper violents appelant à la violence explicite, insultants, attentatoires à la dignité humaine, satanistes ». Cette précaution prise, non, on ne peut pas dire qu’il est en soi dangereux d’ « écouter, lire, voir, visiter certaines formes d’expression artistiques ». C’est le contenu qui rend l’œuvre dangereuse, pas la forme. A ce compte-là, on ne pourrait plus aller au Louvre voir des sculptures de Praxitèle parce qu’elles sont païennes, plus lire Sartre parce qu’il est athée ou plus écouter John Lennon parce qu’il a eu sa phase bouddhiste. L’Index n’existe plus et l’Eglise n’a jamais eu peur de se confronter à la contradiction, même farouchement anti-chrétienne. Pour qu’Origène écrive Contre Celse, encore faut-il qu’il l’ait lu. Par conséquent, pour en revenir à la question initiale, on ne peut dire qu’un genre musical serait mauvais en soi.

Ensuite, le Gospel est une forme artistique authentiquement chrétienne. Dire que « les pasteurs évangélistes à quelle que dénomination qu’ils appartiennent, mettent leur audition en transe », c’est s’exposer à être réfuté par le premier contre-exemple venu. Il est douteux de parler de « transes » des Quakers. Rappelons au passage qu’un « évangéliste », c’est l’auteur d’un évangile. Pour le courant du protestantisme dont il est question ici, le terme est « un évangélique ». En outre, la majorité de ses membres est maintenant hors des Etats-Unis, donc le fait d’être Américain ou non est accessoire. La majorité des Protestants en France sont d’ailleurs évangéliques et il y a des églises évangéliques dans la plupart de nos villes de la vieille Europe.

Enfin, évidemment, il y a aussi un Gospel catholique bien vivant. Et, oui, il existe bien un Métal chrétien. Le lecteur voulant en savoir plus pourra consulter https://fr.wikipedia.org/wiki/Metal_chrétien

5/5 - (1 vote)

Commentaires

  1. laurent

    “C’est le contenu qui rend l’œuvre dangereuse, pas la forme. A ce compte-là, on ne pourrait plus aller au Louvre voir des sculptures de Praxitèle parce qu’elles sont païennes,”
    les œuvres païennes étaient préchrétiennes (ne portaient pas en elles la condamnation de toute transcendance), celles qui se veulent ancrées dans la modernité, post chrétiennes sont porteuse de ce “péché originel” de la modernité. Par comparaison, on ne peut mettre sur le même plan le droit naturel selon Saint Thomas (qui récupère Aristote) qui admet suppose et prépare à la transcendance, et le droit naturel des lumières qui exclut toute dimension verticale dès l’origine : il s’agit pourtant des mêmes notions. les musiques contemporaines citées ont beau se réclamer du Gospel et vouloir honorer Dieu avec toute la bonne volonté du monde, elles semblent bien incapables de sortir de l’ornière de la modernité “la forme” infusée par le fond de la modernité. En matière d’art, la distinction forme et fond mériterait quelques développements me semble t’il.

  2. Castille

    Au reste j’ai écrit “audition” là où “auditoire” aurait suffi, vous n’avez pas eu la charité de me corriger. Oui il fallait lire “évangélique” et non “évangéliste”
    “Metal chrétien” insistez-vous? Je n’ai pas cliqué tant l’oxymore est grinçant.
    A quel moment est-il question d’art pour vous? Savez-vous que Lennon avait fait un pacte avec l’ennemi-des-âmes pour obtenir d’être “plus célèbre que Jesus-Christ”. Le démon lui a donné 20 ans, au bout desquels son meurtrier a entendu une voix autoritaire, lui intimer de tirer. Savez-vous que Dylan a avoué qu’il ne peut s’arrêter de jouer car il mourrait -d’après son contrat avec le prince de ce monde? Oui ce dernier inspire de belles chansons, mais une fois connue l’origine, il faut se laver de toute sympathie avec l’artiste en question, et lutter contre les réminiscences. Car ces tubes, tableaux, films, livres ont été faits contre le Christ, de façon rampante et séduisante.
    L’âge pouvant être un état d’esprit, vous devez être très jeune pour avoir un tel vertige de vos études de théologie qui -croyez-vous- vous autorisent à fabriquer un catholicisme à votre goût, mondain, branché, hype (les trois s’équivalent) et à conseiller à vos lecteurs -inégalement prémunis- de foncer dans des lectures, écoutes, visionnages dont je maintiens qu’ils peuvent être fatals à leur foi.
    Es-t-on obliger de se farcir Marx pour répondre aux marxistes? Le juge doit-il avoir tué pour juger l’assassin? Si les (soi-disant) athées avaient abordé la doctrine catholique sans a priori, avec un coeur ouvert, ne croyez pas qu’ils en seraient tombés amoureux. Or c’est l’ignorance le terreau de l’athéisme (ou alors l’égoïsme)
    La qualité et la quantité sont toujours antinomiques. Vous affichez trop souvent, le fond s’en ressent. Et pour ma part, je vous retire en lien car je ne peux plus passer votre site a quiconque sans un long préambule -inutile, avant vous.
    On vous doit de penser désormais : Réponses catholiques…. de regrettée mémoire. Car la vérité est corrompue par l’erreur qu’elle côtoie.
    Je vous mets dans mes prières. Faites-moi la grâce de la réciprocité.
    De Maria nunquam satis!

Répondre