Filioque

Question: qu’entend-t-on par “le Filioque”?

Le Filioque désigne un passage du Credo de Nicée-Constantinople en latin: on dit du Saint-Esprit “ex Patre Filioque procedit”. C’est-à-dire:  Il procède du Père et du Fils.

Ce point constitue la principale divergence doctrinale entre les Latins et les Byzantins. En tout cas, officiellement (je vais y revenir).

Historiquement, le Filioque a été ajouté au Credo (fixé à la fin du IVe siècle: le concile de Nicée date de 325 et celui de Constantinople de 381), d’abord en Espagne wiwigothique vers la fin du VIe siècle, et surtout imposé par Charlemagne dans tout l’empire romain d’Occident à partir du IXe siècle.

Sur le fond, les Grecs partagent la foi que nous professons par ce “Filioque”, même s’ils disent plutôt que l’Esprit-Saint procède du Père par le Fils. Cependant, cette différence, puisqu’elle s’exprime dans le cadre d’une foi trinitaire commune (c’est-à-dire dans la foi commune que les trois Personnes de la sainte Trinité sont d’égale majesté et même qu’elles sont consubstantielles, c’est-à-dire que nous croyons en un seul Dieu), cette différence donc n’implique pas de hiérarchie entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Les historiens sont maintenant à peu près tous d’accord pour dire que ce que les Byzantins ont rejeté, ce n’était pas tant le “Filioque” lui-même que la façon dont il a été inséré dans le Credo. Et, de fait, ce n’était pas à un empereur de toucher à la formulation du Credo. Mais l’essentiel, c’est la foi trinitaire que nous professons, plus que les débats – qui ont singulièrement perdu de leur importance, que ce soit à Rome ou à Constantinople – sur les compétences dogmatiques de l’empereur!

Filioque
2.5 (50%) 2 votes