Femme et acolyte

Si les femmes peuvent lire la 2e lecture, donc elles ont accès à l’acolytat?

Cette question fait suite à notre article « Deuxième lecture lue par une femme » : https://www.reponses-catholiques.fr/deuxieme-lecture-lue-par-une-femme/. Comme l’explique l’article suivant, « Messes d’institution au lectorat et à l’acolytat », https://www.paris.catholique.fr/messe-des-institutions-au-lectorat.html, « l’acolyte est institué pour servir de ministre au prêtre ».

Nous nous demandons d’abord quel rapport y a-t-il entre les deux questions. Le lectorat est un ministère en vue de l’ordination diaconale et le fait que des femmes lisent les lectures un ministère extraordinaire qui assure ponctuellement le service normalement rendu par ceux qui sont institué lecteurs. Quel impact cela a-t-il sur l’acolytat que les femmes lisent ou non la deuxième lecture ? Puisqu’elles lisent la première et les psaumes ?

Ensuite, nous avons envie de répondre par une question. L’auteur de la question a-t-il déjà mis les pieds dans une communauté religieuse féminine ? Un Carmel, une abbaye de moniales ? Qui croit-il prépare la messe, lit les lectures, fait psalmodier l’Assemblée,  assiste le prêtre, en particulier au moment du lavabo, lui tient l’encensoir, donne avec lui la communion etc… Si ce n’est une sœur ?

L’article de Paris catholique que nous citons fait bien la distinction entre l’institution d’un ministère en vue de l’ordination diaconale et les services rendus dans le cadre d’un ministère extraordinaire. Qui peut être tenu par une femme.

 

Femme et acolyte
5 (100%) 1 vote