Et si l’enseignement de Vatican II était faux ?

Je ne veux pas « botter en touche », mais il est difficile de répondre à une question pareille. Que veulent dire les expressions « Vatican II », « enseignement » et « erreur » ? Parle-t-on de théologie, de liturgie, de sacrements ? de quel enseignement s’agit-il, pense-t-on aux textes conciliaires, et auxquels ? S’agit-il d’une expression plus large, de l’interprétation du concile, des comportements qui sont « labellisés » conciliaires, etc., etc.

Bref, il faudrait que le correspondant précise, faute de quoi, nous allons en rester au niveau du « Bistrot du curé », sympathique (encore que la conversation puisse facilement tourner au vinaigre), et échanger des banalités, et finalement perdre notre temps.

Rappelez-vous la manière dont le maréchal Foch ouvrait une discussion : « De quoi s’agit-il ? ».

Si on précise, si on circonscrit davantage la problématique, nous aurons déjà commencé à réfléchir, à peser, à mesurer, bref à exercer positivement notre raison. Nous aurons aussi mis un peu à l’écart, les sentiments, les affects, certes respectables, mais à leur place.

Trop de discussions entre catholiques (en particulier sur Internet) ressemblent à des pugilats, à des étalages de lieux communs, d’idées reçues qui n’ont rien à envier aux lamentables spectacles médiatiques dont nous sommes les témoins. Balayons devant notre porte.

À tout de suite, pour parler de Vatican II.

Abbé Hervé Courcelle Labrousse

Et si l’enseignement de Vatican II était faux ?
3.44 (68.89%) 9 votes