Est-il permis de torturer les hérétiques?

Est il permis de torturer les hérétiques ?

Non, il n’est pas permis de torturer qui que ce soit, ni hérétique ni autre chose. Dieu merci, les lois civiles sont là pour rappeler aussi à ceux qui en auraient l’idée que c’est un délit très grave, voire un crime selon les circonstances.

Dans le Magistère de l’Eglise, c’est clairement interdit depuis au moins de Pape Nicolas Ier, en 886. Pour avoir tordu l’Enseignement de l’Eglise, le Pape Innocent III, qui a autorisé exceptionnellement la torture contre les Cathares, a provoqué de graves préjudices, aux victimes, bien sûr, mais aussi à l’Eglise elle-même. Les violentes critiques contre l’Inquisition, bien que largement exagérées au fil du temps dans des intentions polémiques, surtout depuis Voltaire, ont fait un tort immense aux chrétiens. Soit dit en passant, cela a servi aux anticléricaux de tous poils pour camoufler les crimes des Cathares, qui en ont commis aussi, en commençant par assassiner l’ambassadeur du Pape à Lodève. Mais, du coup, on n’en parle jamais.

Dieu merci, l’Eglise est revenue à la fidélité à ce qu’elle avait elle-même enseigné, en refusant toute forme de torture et d’atteinte à la dignité humaine. Cela a justifié l’engagement de chrétiens contre la torture, qu’elle soit au temps de la traite négrière (St Pierre Claver), nazie (le pasteur protestant Dietrich Bonhöffer), sous tous les régimes communistes et toujours à Cuba ou en Corée du Nord, mais aussi dans des démocraties comme pendant la Guerre d’Algérie, ou les critiques publiques du Pape contre la prison de Guantanamo, par exemple.