Est-ce que n’importe qui peut baptiser?

Est-ce que n’importe qui peut baptiser ?

Oui et non. Oui, n’importe qui peut baptiser s’il y a danger de mort ou impossibilité d’avoir accès à un ministre ordonné, prêtre ou diacre. Par exemple dans un pays de persécution où il n’y a aucun prêtre, ou pour un nouveau-né mourant. Même un non-chrétien peut baptiser quelqu’un. Le tout est de bien prononcer les paroles du Baptême trinitaire : « N, je te baptise au nom du Père, et du Fils, et du St-Esprit », tout en versant sur la tête de la personne un peu d’eau.

Mais non en dehors de ces cas dramatiques, qu’on appelle un « ondoiement » plutôt qu’un baptême complet. Dans l’Eglise catholique, le sacrement du Baptême demande une préparation, des parents d’un petit enfant ou du catéchumène lui-même s’il est plus grand. Pour un catéchumène, cette préparation est longue : en France, au minimum deux années scolaires jusqu’à la nuit de Pâques de la deuxième année. Ensuite, la liturgie du baptême comporte plusieurs étapes, comme la renonciation à Satan et la récitation du Credo. Les parrain et marraine doivent être présents. Un registre de baptême est rempli. Enfin, c’est un ministre ordonné qui baptise.

Quelqu’un qui aurait été baptisé par ondoiement en urgence n’a pas à être rebaptisé. Mais il doit ensuite faire une démarche jusqu’à une cérémonie d’entrée en Eglise, tout comme un baptisé d’une autre confession chrétienne. Cela implique une préparation proche du catéchuménat pour un grand adolescent ou un adulte. Pour un enfant, ce peut être dans le cadre du catéchisme, par exemple à l’occasion de la préparation de la Première communion.

Cette question est l’occasion de sensibiliser nos lecteurs au bien fondé de baptiser les bébés assez vite, pourquoi pas quelques jours après la naissance, comme le faisaient les générations précédentes. Il n’y a aucun intérêt à trop traîner.

Est-ce que n’importe qui peut baptiser?
5 (100%) 7 votes