Engagement avec un compagnon musulman

Je suis une femme catholique pratiquante de 25 ans. Je suis en couple depuis plusieurs années avec un musulman non pratiquant un peu plus âgé que moi. Je viens à vous car l’homme que je fréquente refuse de s’engager. J’en viens à penser sérieusement à me séparer de lui. Il dit pourtant savoir ce qu’il veux avec moi dans l’avenir. Je vis très mal cette situation car notre relation n’évolue pas et je refuse de vivre en concubinage avant d’être mariée. Pensez vous que je dois-je mettre un terme à notre relation? L’engagement est vraiment une valeur importante pour moi et cette différence me fait douter à présent de si c’est vraiment l’homme qui me convient. En même temps j’ai peur de me faire le mauvais choix. Merci

La question est très personnelle et nous ne prétendrons pas donner une réponse tranchée sur un sujet affectif aussi intime. Tout au plus donnerons nous quelques repères de discernement. En outre, il nous semble que nous sommes en présence de trois thèmes qui s’imbriquent : les relations hors mariage, l’engagement et la foi.

1° Sur le fait de vivre une relation hors de l’état de mariage, nous ne pouvons que répéter l’Enseignement de l’Eglise, comme nous l’avons fait dans d’autres articles (cf. https://www.reponses-catholiques.fr/concubinage/). Cette situation n’est pas droite et il faut y mettre un terme, en la faisant évoluer « par le haut » ou en y mettant fin. Ceci dit, comme indiqué dans l’article cité en référence, ce type de situation est tellement courant que, pastoralement, les prêtres et les accompagnateurs doivent prendre les gens là où ils en sont pour leur faire faire un pas : par exemple de s’engager dans une préparation au mariage si la relation a pour but d’être pérenne et d’aboutir à fonder une famille.

2° Sur le fait que le partenaire soit musulman, ce n’est pas un empêchement, en soi, au mariage, moyennant certaines conditions comme l’obtention d’une « dispense de  disparité de culte » du diocèse (cf. https://www.reponses-catholiques.fr/mariage-interconfessionnel-et-interreligieux/). Notons cependant que ce ne sera pas un mariage sacramentel. Il est demandé au futur conjoint catholique de s’engager à élever ses enfants dans la foi catholique et au conjoint d’une autre religion – ici musulman – de permettre à sa conjointe de vivre sa foi et d’acter le fait qu’il lui a été demandé que les enfants à venir soient catholiques. Cela pose cependant de réelles questions : comment la lectrice vivra-t-elle sa foi ? Quid des enfants ? Les musulmans, surtout les hommes, même non pratiquants, acceptent rarement que leurs enfants ne le soient pas. Quel sens donner à un foyer dont les enfants ne seront pas catholiques ?

3° Mais la question la plus cruciale dans ce cas semble le fait qu’il n’est pas question de mariage de la part du partenaire mais de l’absence d’engagement. Quelle en est la cause profonde ? Quels sont ses sentiments à l’égard de sa compagne, de l’idée de famille ? Est-ce une question de temps ? S’autorise-t-il, finalement, d’aller voir ailleurs le cas échéant ? La lectrice ne pourra pas répondre à sa place mais pourra se poser les mêmes questions pour elle-même. Se voit-elle s’engager à vie avec cet homme, fonder une famille ? S’il est légitime de ne pas brusquer les choses sans se précipiter – les fiançailles servent à cela – on peut s’interroger si cela dure des années. Il n’est pas prudent de s’engager au bout de 3 mois, au bout de 3 ans, c’est autre chose.

La lectrice et tout lecteur dans son cas auront donc un discernement posé à faire. Ce ne peut se faire seul et demande d’être accompagné par un chrétien aîné dans la foi sérieux, prêtre, ou laïc bien formé. Si c’est possible, une démarche de couple peut être utile, telle qu’une session Cana du Chemin Neuf ou toute autre proposition de ce genre. Il est cependant douteux qu’un compagnon musulman accepte d’y participer. Dans ce cas, un discernement seule pourra être posé, par exemple lors d’une retraite.

Engagement avec un compagnon musulman
Notez cet article

Commentaires

  1. Klinadn Lek

    1 corientiens 7:39 (…) elle est libre de se marier à qui elle veut, seulement dans [le] Seigneur.
    “…….. Dans le Seigneur seulement, c’est ce que dit notre Créateur dans sa parole. Obéir pour le bien, ou, désobéir pour le trouble…
    Tergiverser ou ne pas tergiverser, voilà la question…….

  2. Klinadn Lek

    ************
    1 corientiens 7:39 (…) elle est libre de se marier à qui elle veut, seulement dans [le] Seigneur.
    “…….. Dans le Seigneur seulement, c’est ce que dit notre Créateur dans sa parole. Obéir pour le bien, ou, désobéir pour le trouble…
    Tergiverser ou ne pas tergiverser, voilà la question…….
    *************

  3. Klinadn Lek ´´´´´´´´´´´

    ************
    1 corientiens 7:39 (…) elle est libre de se marier à qui elle veut, seulement dans [le] Seigneur.
    “…….. Dans le Seigneur seulement, c’est ce que dit notre Créateur dans sa parole. Obéir pour le bien, ou, désobéir pour le trouble…
    Tergiverser ou ne pas tergiverser, voilà la question…….
    *************

Les commentaires sont fermés.