Embolisme du Pater et grammaire latine

Dans l’embolisme du Pater, pourquoi le verbe être est-il accordé au singulier, ce qui laisse entendre que le règne, la puissance et la gloire de Notre Seigneur sont unes ? “quia tuum est regnum et potestas et gloria per omnia saecula saeculorum”. Si la même logique qu’en français était suivie, nous aurions plutôt : “quia tuum sunt regnum et potestas et gloria per omnia saecula saeculorum”. Y a t-il un sens à chercher dans cet accord ou s’agit-il simplement d’une divergence grammaticale entre le latin et le français ?

Il est assez fréquent, en latin, d’accorder au singulier le verbe après une énumération, comme dans ce cas précis: regnum et potestas et gloria (le règne, la puissance et la gloire). L’exemple typique, souvent donné aux apprentis latinistes, étant la phrase de Cicéron: “si meum consilium auctoritasque valuisset” (si mon avis et mon autorité avaient prévalu – le verbe étant ici aussi au singulier).

Donc, non, il n’y a pas de sens particulier à chercher dans cet accord du verbe au singulier.

5/5 - (2 votes)

Répondre