Elire un Pape si les cardinaux électeurs sont décimés

Les cardinaux électeurs ont le droit de vote au Conclave. Si l’Église catholique subissait une attaque terroriste visée dans la vacance du Siège Apostolique et que tous les cardinaux soient assassinés en même temps. Qui pourrait procéder à l’élection du prochain Pape puisque les “électeurs réguliers que sont les cardinaux” seraient tous morts ?

Plusieurs réponses sont possibles. Nous ne garantissons pas que l’une soit priorisée sur une autre car, dans un scenario-fiction comme celui-ci, qui peut dire ce qui se passera ?

1° D’une part, les mécanismes d’interim sont bien prévus pendant la vacance du siège apostolique, donc il y a toujours moyen d’avoir des solutions d’intérim.

2° D’autre part, il y a toujours des cardinaux électeurs absents du conclave, pour cause de maladie, d’empêchement de sortie de leur pays etc. Paradoxalement, cela les protègerait en cas d’attentat aussi massif. Sur environ 120 cardinaux électeurs, la probabilité pour que le nombre d’absents soit égal à zéro est plus que douteuse.

3° Si ce cas statistique-limite avait lieu et que TOUS les cardinaux électeurs soient tués, il faut rappeler que cette règle de cardinal-électeur a fluctué à travers les âges. Actuellement, elle dépend d’un critère d’âge fixé par St Paul VI. Il serait toujours temps de changer la règle pour que les cardinaux survivants, même non électeurs, puissent voter.

4° Plus largement, rappelons que la succession apostolique de l’évêque de Rome ne s’est jamais interrompue depuis St Pierre, malgré toutes sortes de persécutions (songeons à tous les successeurs de Pierre morts martyrs, les fameux « Lin, Clet, Clément » etc de nos prières eucharistiques)… Mais aussi malgré la Chute de Rome, Attila, le Schisme d’Occident, les Lansquenets, Napoléon, la Révolution italienne, les guerres mondiales, le fascisme, l’attentat contre St Jean-Paul II etc. Plusieurs modes d’élection d’un pape ont pu exister. Le plus difficile dans ce cas d’action terroriste massive, ce ne serait pas d’élire un Pape, ce serait de le garder en vie après.

Notons que certaines interprétations des secrets communiqués par la Gospa aux voyants de Medjugorje voient dans le dernier pape un prêtre croate – il n’est même pas sûr qu’il soit évêque – désigné dans la clandestinité en Bosnie croate ou en Croatie, justement parce que le St Siège serait détruit par des terroristes islamistes. Que l’on croit ou non aux apparitions de Medjugorje, cela est tout de même l’indice que l’on est tout à fait capable de trouver des solutions à ce genre de problème. Le risque est plutôt qu’il y ait trop de solutions plutôt que pas assez.

Elire un Pape si les cardinaux électeurs sont décimés
4.8 (95%) 4 votes