Election du Pape et Esprit-Saint

Je ne parviens pas à trouver de document du magistère précisant le “rôle” de l’Esprit Saint dans l’élection du Pape. Je trouve cette réponse du Cardinal Ratzinger à une question de l’Avvenire, mais sur quelles sources s’appuie-il? « Est-ce l’Esprit Saint, le responsable de l’élection du Pape?» : «Je ne dirais pas cela, dans le sens que ce serait l’Esprit Saint qui le choisirait. Je dirais que l’Esprit Saint ne prend pas exactement le contrôle de la question, mais en bon éducateur qu’il est, il nous laisse beaucoup d’espace, beaucoup de liberté, sans nous abandonner complètement. Ainsi, le rôle de l’Esprit Saint devrait être compris d’une façon plus “élastique”, non pas que ce soit lui qui dicte le nom du candidat pour lequel un (électeur) doit voter. Probablement, l’unique sécurité qu’il nous offre, c’est que la chose ne peut pas être complètement “ruinée”. Il y a trop d’exemples de papes que l’Esprit Saint n’aurait évidemment pas choisis».

Il ne faudrait pas avoir une approche trop naïve de l’action de l’Esprit-Saint, ni sombrer dans la pensée magique. L’Esprit-Saint est invoqué avant chaque sacrement, avant des vœux religieux, une prière de libération, un exorcisme etc. Cela ne garantit pas que le prêtre ordonné ce jour-là sera un bon prêtre, que la personne baptisée gardera la foi, que le nouveau confirmé sera un missionnaire digne de St François-Xavier, que le malade recevant le sacrement des malades sera guéri etc. Il n’y a pas de raison que ce soit différent pour l’élection d’un Pape.

De même, l’Esprit-Saint a inspiré tous les textes de la Bible. Cela n’évite pas à ces textes d’être de qualité et d’intérêt inégaux, ni de devoir les contextualiser et de les interpréter selon les règles d’exégèse et de pastorale définies dans l’Eglise catholique et de ne pas en faire une lecture littéraliste. Autrement, on pourrait se passer d’homélie.

La Bible, justement, est une source pour comprendre l’action de l’Esprit dans l’élection d’un Pape, successeur de Pierre élu par les évêques, successeurs des Apôtres. Dans la finale de l’Evangile de Jean, Jésus « souffla sur eux et leur dit : ‘ Recevez l’Esprit-Saint’ » (Jn 20, 22). On pourrait rapprocher ce verset du récit de la Pentecôte. A propos du premier Pape, St Pierre, mais aussi des Apôtres, Jésus dit : « Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères.… ». (Lc 22, 31-32). Cela n’enlève rien aux limites, parfois aux erreurs, des Apôtres et de leurs proches collaborateurs qui deviendront des « épiscopes » à leur suite (ainsi, Tite, disciple de St Paul). Les conflits décrits dans les Actes des Apôtres l’illustrent bien.

La question devient donc : croyons nous à la vérité de ces textes et à la pérennité du geste posé par le Seigneur ? C’est parce que l’Eglise le croit qu’elle peut affirmer que c’est l’Esprit qui conduit une élection de Pape, dans les aléas de la pâte humaine.

Election du Pape et Esprit-Saint
Notez cet article