Douleurs de la Passion

En cette semaine Sainte, je me permets de vous poser une question à laquelle je n’ai pas de réponse et qui m’inquiète beaucoup. Est-ce normal que je me sens mal le Jeudi Saint et le Vendredi Saint ? C’est à dire que je vis dans mon cœur des douleurs atroces à chaque fois que je regarde la Passion du Christ tout le temps. Je ressens toute sa douleur dans toute son intensité et je ne comprends pas pourquoi. J’ai toujours eu une relation compliquée avec le Christ et je suis une pécheresse mais pourquoi moi une pécheresse qui ne mérite pas Son amour ressent et compatis à tous ce qu’Il a enduré depuis le Jeudi Saint (son arrestation) jusqu’à sa Crucifixion. Je ne comprends pas. Est-ce que je suis folle de ressentir en moi dans mon cœur tout ce que le Christ a vécu (son angoisse, ses douleurs lors qu’Il fut flagellé je ressens tout le temps sa douleur et je pleure et j’ai affreusement mal , lorsqu’Il porta la Croix jusqu’à Golgotha je pleure et je tremble sous le poids de Sa souffrance , et lorsqu’ Il fut transpercé avec la lance , une douleur inqualifiable s’empare de moi et je me mets à crier de douleur et je pleure toutes les larmes de mon corps et je ne me sens pas bien. C’est vrai que je ressens souvent de la colère contre le Seigneur. Mais pourquoi je ressens toute cette douleur?

Il peut y avoir plusieurs causes possibles. Evidemment, un phénomène de légère dépression qui n’aurait pas été détectée est tout à fait possible. Cela expliquerait l’émotivité et la noirceur des idées.

Si l’explication est davantage sur le terrain spirituel que psychologique, il faut s’interroger des fruits que produisent ces ressentis. Viennent-ils du mauvais esprit pour se culpabiliser, ou au contraire, s’illusionner d’avoir une grâce spéciale ? Que signifient cette « colère contre le Seigneur » et cette « relation compliquée avec le Christ » ? Cet état de stress intense rapproche-t-il de Dieu, ou au contraire, augmente-t-il ce ressentiment ? Crée-t-il un état de trouble qui génère indécision, pusillanimité, peur ?

Une autre explication pourrait être une expérience mystique proche de la conversion de Ste Thérèse d’Avila, ou d’autres grands spirituels. Thérèse aussi, a vécu une émotion intense à la contemplation d’une statue d’un Christ à la colonne (donc entrain d’être flagellé) et à l’idée des souffrances qu’Il a enduré pour l’amour d’elle… Alors qu’elle était une religieuse tiède et mondaine et, du moins à ses yeux plus tard lorsqu’elle a relu cette partie de sa vie, pécheresse. Cela a entrainé une conversion radicale de la Sainte et sa réforme du Carmel.

Du coup, la question essentielle est : ces malaises et douleurs liées à la Passion du Christ entrainent-elles une conversion profonde de l’auteur de la question ? Il est difficile de croire à une authentique expérience spirituelle venant du bon esprit si ce n’est pas le cas.

En tous cas, les réponses à ces questions ne peuvent être qu’apportées en Eglise, avec un accompagnateur spirituel compétent et bien formé. Un site Internet comme le nôtre n’est pas le lieu pour aller en profondeur. Nous invitons donc l’auteur de la question à en parler avec le sien et, si elle n’en a pas, d’en rechercher un rapidement. Ce qui passe, pour commencer, par en parler avec un prêtre de confiance.

Douleurs de la Passion
4.9 (97.14%) 7 votes