Doctrine sociale de l’Eglise

Morale ou éthique ?

Qu’appelle -t-on le bien commun dans la doctrine sociale de l’Eglise?

L’Enseignement de l’Eglise a constamment posé le principe de la destination universelle des biens. Le droit de propriété existe et est légitime mais est subordonné au fait que tout est don de Dieu et que la reconnaissance de ce don et le principe de charité sont supérieurs au droit de propriété.

Partant de là, chaque société est vue comme une communauté humaine où des liens de charité (c’est-à-dire d’amour oblatif) et de solidarité doivent primer. Cette dimension collective est exprimée à partir de la notion du « bien commun » : il s’agit du bien de la communauté, supérieur aux intérêts particuliers. Il est donc attendu que des responsables – hommes politiques, dirigeants d’entreprises, tous types de décideurs – prennent en compte d’abord le bien de la communauté, avant leurs intérêts ou ceux de tel ou telle catégorie de population. Le Pape François résume ce point dans un des ses quatre grands principes : « le général est supérieur au particulier ».

Ce bien commun se concrétise dans les principes de la Doctrine sociale de l’Eglise (DSE), en particulier à partir d’une vision anthropologique chrétienne. Par exemple, le droit à la vie est supérieur à celui de disposer de son corps, assurer un travail décent à chaque personne est supérieur à améliorer la rémunération du capital d’une entreprise etc.

Notons que, depuis les Lumières, la philosophie dominante dans notre pays n’est pas fondée sur la communauté humaine que constitue la Nation mais sur l’équilibre entre les intérêts d’individus autonomes. L’intérêt général est supérieur aux intérêts particuliers mais ce concept consacre des relations de calcul rationnel et non d’amour au sein d’une communauté de vie.

Notons cependant aussi, que le terme de « bien commun », qui est donc directement issu du Magistère de l’Eglise, est maintenant repris par toutes sortes d’hommes politiques, y compris très éloignés de l’Eglise comme JL Mélenchon.

Notez cet article