Divorce et vie monastique

Les divorcés non remariés souhaitant rester fidèles à leur engagement peuvent-ils intégrer une communauté monastique et vivre un appel engagé dans une communauté autre que les communautés nouvelles. En d’autres termes, peut-on devenir moine ou moniale en étant divorcé ? Sinon quelle autre solution pour vivre pleinement un appel en communauté autre que laïque ?

Oui, on peut, à condition que le/la conjoint(e) dont cette personne est divorcée – et donc séparée au regard de l’Eglise – soit d’accord. Car cela l’engage aussi à vivre dans la continence sexuelle. En effet, si il ou elle avait des rapports avec quelqu’un d’autre, il ou elle serait adultère et on ne peut obliger quelqu’un à vivre définitivement dans la continence sexuelle sans son consentement.

Autrement, la solution, si on peut parler ainsi, serait plutôt de voir pour une procédure en nullité du mariage. La plupart aboutissent et sont trop peu utilisées. Les causes de nullité d’un mariage sont assez nombreuses et, en quelque sorte, elles arrivent vite.

Après, il y a une question plus fondamentale à se poser : l’engagement à la vie monastique est un appel radical du Seigneur, pas un plan B après l’échec d’un mariage. Si la personne a fait le choix d’une vie laïque lorsqu’elle s’est mariée, on peut sérieusement se poser la question de la solidité d’un appel à la vie consacrée. Le père abbé ou de la mère abbesse (ou de tout supérieur d’un ordre religieux, même apostolique, la question n’est pas là) devra discerner très finement sur cette vocation.

Pour un homme, une piste serait aussi l’ordination diaconale, si son évêque l’appelle. Le diacre étant ordonné dans son état de vie, l’homme en question pourrait éventuellement l’être comme marié, même s’il est séparé. Et que ce soit pour les hommes et les femmes, toutes sortes de tiers-ordres, communautés associées existent pour les laïcs voulant vivre une forme d’engagement. Pourquoi ne pas les regarder de plus près ? Car, que cherche vraiment le candidat ? A se donner à Dieu ? Il peut le faire dans une vie laïque très engagée. A faire un engagement religieux ? Il peut le faire dans un tiers-ordre ou une communauté nouvelle. A vivre en communauté ? Les colocations chrétiennes et béguinages ne manquent pas.

Divorce et vie monastique
3.7 (74.29%) 7 votes