Dieu peut-il être immoral?

En 1993, les psychologues Larry Nucci et Elliot Turiel livraient les résultats d’ une enquête qu’ils venaient de réaliser auprès de plusieurs dizaines d’enfants élevés dans un milieu très croyant. La question centrale était celle-ci : “Voler serait-il moral si Dieu en avait décidé ainsi ? “. En majorité, les enfants estimaient que non : voler c’est toujours mal. Donc, ce n’est pas parce que Dieu l’interdit que c’est injuste. Donc, Dieu ne fait pas ce qu’il veut. Il y a 2 500 ans, Platon avait examiné presque la même question, léguée à la tradition sous le nom de “dilemme d’Euthyphron”. Les religions sont ainsi faites de mystères : d’un côté elles s’imposent par leur transcendance, de l’autre elles doivent s’accommoder de la vie sur Terre. Ce qui explique qu’au cours de leur longue histoire, elles n’ont cessé de changer, de se diviser, tout en faisant sans cesse retour à leurs sources (…). Si vous voulez en savoir plus sur les origines lointaines du besoin de croire, sur les manifestations les plus variées du sacré, sur le destin deux fois millénaire des religions du livre et des courants de la pensée orientale, ces publications sont pour vous.

www.reponses-catholiques.fr n’a pas l’habitude de relayer les messages publicitaires dans ses articles. Nous ne citons donc pas la publication de laquelle cette question fait la promotion. Elle soulève néanmoins un problème intéressant : Dieu est-il lié par ses Paroles, ou pour le dire autrement, existe-il quelque chose –ici une loi morale – au-dessus de Dieu ? Auquel cas, Il ne serait plus Dieu et le Dieu tel que le définit la théologie judéo-chrétienne n’existe pas.

En effet, voler est immoral dans tous les cas. Se demander si Dieu pourrait dire que c’est moral est l’exemple type de ce qu’on appelle en philosophie une aporie : un non-sens logique. Car, puisque la question évoque Platon, appuyons nous sur lui : le dieu platonicien est l’Etre, le Bon, le Vrai et le Beau. S’il est Bon et Vrai par essence, il ne dira jamais que voler est moral. S’il affirme cela, ce n’est pas Dieu qui parle.

Pour l’exprimer sur le plan théologique, quand Jean nous dit que « Dieu est amour » (1 Jn 4, 8) et « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6), c’est une autre façon de reformuler que Dieu est Bon et Vrai. Il ne risque pas de voler et considérer que c’est une chose à faire. Pour le dire autrement, la question revient demander si « le bien peut être mal ? ». Par essence, non. Le mot « mal » est l’opposé du « bien » et, en pensée logique, quelque chose ne peut être équivalent à une autre et en même temps son contraire. C’est ce qu’on appelle justement le principe de non contradiction.

Ensuite, Dieu est l’auteur de la morale, pas son esclave. Or voler est mal, or, le mal ne vient pas de Dieu. Ce dernier est même tout ce qui est étranger au mal. Cf. nos articles « Dieu peut-Il faire le mal ? » : https://www.reponses-catholiques.fr/dieu-peut-il-faire-le-mal/ et « Dieu créateur du mal ? » : https://www.reponses-catholiques.fr/dieu-createur-du-mal/). Au-delà de la théologie chrétienne, des penseurs comme Einstein l’ont déjà montré.

Que les religions aient changé au cours de l’histoire, Schelling l’a aussi illustré. Elles sont des tentatives de dire le « mystère » de la « transcendance » pour reprendre les termes de la question. De l’animisme au polythéisme, puis au déisme, elles tâtonnent pour atteindre Dieu. C’est bien pour cela qu’Il ne peut être connu que parce qu’Il s’est révélé dans la Bible, puis manifesté par son Incarnation en Jésus-Christ. Et par conséquent que seul Jésus-Christ est le “Chemin” pour l’atteindre.

Qu’elles « doivent s’accommoder de la vie sur Terre », s’agissant du christianisme, nous venons de le dire, Jésus-Christ est la Vie elle-même et le Créateur de la terre et de la vie qui est dessus. Donc parler de son « accommodement » à la vie est un non-sens.

Que le « besoin de croire » soit une caractéristique anthropologique depuis que l’être humain existe est tout à fait exact. A tout le moins, les hommes de Neanderthal, c’est-à-dire avant les homo sapiens que nous sommes, enterraient leurs morts, preuve d’une pensée religieuse déjà élaborée.  Parler, en revanche, du « destin deux fois millénaire des religions du livre » montre des lacunes en histoire des religions et en sciences religieuses inquiétantes. En effet, d’une part, le judaïsme est bien plus ancien que 2000 ans. D’autre part, l’islam, à l’inverse, n’a que 1400 ans. Enfin, le plus important à retenir, est qu’il n’y a pas de religions du livre. Le christianisme est une religion de l’Incarnation, le judaïsme une pratique de la Loi, pas d’un livre. Cf. notre article « Religions du livre ? » : https://www.reponses-catholiques.fr/religions-du-livre-13/

Bref, nous invitons l’auteur de la question et ses collègues de sa publication à se former sérieusement par tout moyen pour savoir de quoi ils parlent en matière de sciences religieuses, au moins sur le christianisme. Et nos lecteurs à éviter ce genre de publications pour en consulter de solides et bien informées.

Dieu peut-il être immoral?
4.6 (92%) 5 votes