Dieu existe-t-il? Approche philosophique (1/4)

Dieu existe-t-il ? Et Marie était-elle parfaite ? Quelle preuve avons-nous ? (1/4)

Curieusement, le lecteur associe la question de l’existence de Dieu et une sur Marie ensemble. Il nous faudra bien trois articles pour répondre à LA question, celle de l’existence de Dieu. Puis nous parlerons de la Vierge. Dans ce premier article, nous regarderons les aspects philosophiques.

L’Eglise a toujours enseigné que les hommes, même non chrétiens, pouvaient arriver à la conviction de l’existence de Dieu par la seule Raison. D’ailleurs, Platon ou Aristote, qui n’étaient pas juifs et existaient avant le christianisme, l’intègrent dans leur philosophie.

La question n’est pas d’avoir des preuves de l’existence de Dieu mais de savoir s’il est plus raisonnable d’y croire que le contraire. Et la réponse est oui. La philosophie a développé plusieurs types d’arguments. Une série d’arguments dits ontologiques, réfléchissent sur Dieu comme concept. Descartes a tenté de démontrer l’existence de Dieu par l’idée d’infini. Dieu est l’infini. Or l’infini existe, c’est même un objet mathématique avec lequel on fait des calculs. St Anselme pose que « Dieu est ce qui est tel que rien de plus grand ne peut être conçu ».

Certes, Kant a réfuté ces arguments. Selon lui, ce n’est pas parce qu’on conçoit quelque chose qu’elle existe (le fameux « un taler dans ma tête n’est pas un taler dans ma poche »). Pourtant, Kant postule lui aussi Dieu car, autrement, il n’y aurait pas de liberté humaine et pas de loi morale qui se justifie. Au final, s’il n’y a pas de Dieu, pourquoi faire le bien lorsqu’il est onéreux ?

Une autre série d’arguments sont appelés « cosmologiques », c’est-à-dire se déduisant de l’observation de l’univers. On en trouve quelques traces dans le film Dieu n’est pas mort, sorti récemment en France.  L’un d’eux est celui de la régression causale, ou « preuve du kalam » déjà formulée par les Arabes : tout a une cause. Or, si l’on remonte de cause en cause, on arrive à une cause première qui ne peut être causée par autre chose. Cette cause, c’est Dieu.

Les athées répondent que l’univers a pu se créer sans cause extérieure, à partir de rien. D’une part, ce n’est pas démontrable, d’autre part, cela violerait les lois de la physique. C’est donc un dogme bien moins défendable que celui d’une cause sans origine qu’on appellerait Dieu.

Une autre explication serait que l’univers est cyclique et se cause lui-même. D’une part cela pose à nouveau la question du premier moteur : qu’est-ce qui a créé cet univers cyclique et qu’est-ce qui l’a mis en route. D’autre part, cela supprime la notion de liberté. Si l’univers est cyclique, vais-je être entrain de répondre exactement à la même question sur reponses-catholiques.fr au prochain cycle ? Aucune innovation n’est alors possible et tout est déterminé d’avance.

D’ailleurs, certaines philosophies athées tentent de rétablir la liberté et l’imprévu dans leur système. Epicure qui n’avait qu’une explication matérialiste du monde, le voyait constitué par une chute éternelle d’atomes n’obéissant qu’à des lois physiques. Or, il a du introduire un mouvement aléatoire, le clinamen, pour que des changements se produisent dans les trajectoires des atomes et que du nouveau puisse advenir. Mais il ne donne aucune explication à l’origine et la logique du clinamen. Donc une explication matérialiste du monde ne peut être satisfaisante. Or, sur le plan scientifique, faute de raisons valables, c’est l’explication la plus simple qui doit être retenue. Par conséquent, la raison la plus simple de l’existence de l’univers est la Création par un Dieu sans origine.

Dieu existe-t-il? Approche philosophique (1/4)
3 (60%) 1 vote