Dieu a-t-Il raté sa Création et est-ce de sa faute? (6/8)

6ème Question : Il est écrit dans la Bible qu’aucun homme n’est juste (Romains 3 :10, Ecclésiaste 7 :20 ; Psaume 14 :3). Aucun homme, même pas un. Par conséquent tous sont destinés à l’enfer. Grâce au sacrifice de Jésus, ceux qui croient et vivent en Jésus Christ pourront accéder – sous conditions certes- à la vie éternelle. Cela signifie que sans Jésus, toute la création de Dieu était destinée à l’Enfer. Sans JESUS, nous n’avons rien, ou dit autrement « heureusement que Jésus est là, nous n’avons que lui ». Cependant, tout le monde ne pourra pas connaître JESUS, cela dépendra du milieu dans lequel la personne naîtra, du niveau social, de son niveau de naïveté etc… Est-ce de la faute de l’homme de ne pas être parfait ? L’homme n’est-il pas que la création imparfaite de Dieu. Dieu aurait pu le rendre parfait, n’est-ce pas ? Cela viendrait à dire que Dieu a créé l’homme, s’est rendu compte finalement qu’il n’était pas parfait. Pire, aucun ne mérite le Paradis car tous ont péché !, Donc l’homme qu’il a créé ne lui convient pas comme il l’aurait souhaité, et au lieu de s’en prendre à lui-même en se disant « mince, j’ai raté ma création, elle a dérivé pas comme je l’aurais souhaité, je vais donc rectifier… », Dieu décide finalement d’envoyer toute l’humanité souffrir la damnation dans la géhenne jusqu’à la naissance de Jésus. Ensuite à partir de l’an 0, ceux qui croiront en Jesus et vivront selon sa volonté, et seulement ceux là, car le pardon ne peut venir que de Jésus, pourront être sauvés. Donc tous les hommes et femmes nés avant l’an 0 sont tous en enfer car tous ont péché et comme Dieu est juste, il ne peut justifier le coupable. Seuls, ceux qui sont nés après Jésus Christ, pourront, sous conditions, être sauvés. Est-ce juste ? 6ème Question bis : Dieu a tout créé. Il a donc également créé le Mal par conséquent. Comment Dieu peut-il être parfait s’il a créé le mal ? (6/8)

Il y a une chose de juste dans cette question, c’est de souligner à quel point le salut offert par le Christ est une grâce imméritée et que, autrement, nous pourrions bien nous retrouver en Enfer. St Ignace de Loyola propose une méditation de ce type dans ses Exercices spirituels, retraite que nous recommandons à tout lecteur qui veut progresser dans la vie spirituelle.

Mais à part ça, la question a l’air de faire complètement l’impasse sur le péché originel et sur le fait que l’être humain a été créé bon et sans péché. Par conséquent, non, Dieu n’est pas trop stupide pour avoir loupé sa création et trop malhonnête pour admettre qu’Il s’est planté et que c’est de sa faute. La Création est « bonne », c’est ce que dit à chaque jour le récit de Genèse 1 et l’humanité est « très bonne » (Gn 1, 31). Si l’homme a péché, c’est au moins en partie par sa faute, outre la faute de l’auteur du mal (le serpent), parce qu’il est entré dans le jeu de la tentation en Gn 3.

Ensuite, la question de la damnation des personnes nées avant le Christ ou n’en n’ayant pas entendu parler tourne en boucle avec les questions précédentes. Nous avons déjà répondu qu’il est faux de dire cela en théologie catholique. Mais nous nous demandons ce que la « naïveté » vient faire là.

De même, l’auteur de la question fait aussi complètement l’impasse (mais il l’a déjà dit aux questions précédentes, donc il ne fait que se répéter) sur la responsabilité humaine. Là encore, il est faux en théologie catholique de dire que le comportement éthique et les actes des personnes ne comptent pas et que la Miséricorde de Dieu ne peut s’appliquer à qui Il veut. A un moment, si on prétend se référer à la Bible, encore faut-il la lire jusqu’au bout : quand Jésus dit au Bon Larron « Ce soir tu seras avec moi au Paradis » (Lc 23, 43), Il promet bien le salut à un pécheur repenti, qui a fait l’effort de se repentir. Puisque Jésus ne lui avait rien dit.

De plus, ce n’est pas Dieu qui « envoie toute l’humanité souffrir la damnation dans la géhenne », ce sont les damnés qui font tout pour y être envoyés en se coupant de la relation à Dieu. Car, si pécheur qu’il soit, quelqu’un qui se repend sera sauvé. Ce n’est donc effectivement pas une question de « mérite » mais tout de même de responsabilité et de choix. L’Enfer est pour ceux qui font le choix radical et définitif de refuser la grâce de Dieu.

Ajoutons qu’il ne faut pas avoir une lecture fondamentaliste de St Paul. St Joseph est décrit comme un homme « juste » (Mt 1, 19), dikaios. Donc les traductions protestantes rendant par « homme de bien » ou gommant le terme « juste » sont erronées. De même, d’autres personnages de l’Ancien Testament sont décrits comme tels (Job, par exemple), ce qui a donné dans le judaïsme actuel les « Justes parmi les Nations » qui ont sauvé des Juifs du nazisme.

Ce qui nous amène au dogme de l’Immaculée Conception : Marie est préservée du péché dès sa conception. Elle n’est pas juste par son propre mérite mais elle est justifiée par grâce dès sa vie terrestre, ce qui explique qu’elle peut monter au Ciel corps et âme sans attendre le Jugement dernier, puisque « le salaire du péché, c’est la mort » (Rm 6, 23). Le salaire de la protégée du péché, c’est donc l’inverse et l’entrée dans la vraie vie sans attendre la résurrection au Dernier Jour. Ce qui est intéressant pour nous, c’est qu’une simple femme peut nous montrer ce qu’est une personne telle que Dieu l’avait créée au départ, avant le péché originel. La Vierge est le prototype, en quelque sorte, de ce que nous devrions être dans le projet de Dieu. Elle nous montre aussi que qu’il est possible, par grâce, mais pour un simple humain, de se rapprocher de ce projet de Dieu, ce qu’on appelle la sainteté.

On le voit, cette série de questions permet de vraiment illustrer comment le refus de la doctrine catholique ne peut qu’entrainer dans des impasses. Ce n’est que par la théologie catholique qu’on peut sortir de ces contradictions.

Sur la question subsidiaire sur le Mal, nous y avons répondu plusieurs fois et renvoyons à nos articles : https://www.reponses-catholiques.fr/dieu-createur-du-mal/; https://www.reponses-catholiques.fr/dieu-peut-il-faire-le-mal/; https://www.reponses-catholiques.fr/le-bien-et-le-mal-sont-ils-comprehensibles/; https://www.reponses-catholiques.fr/dieu-la-t-il-dans-le-baba-avec-satan/ etc. Non, Dieu n’est pas le créateur du Mal. Mais Il est le créateur de la liberté. Et la liberté comporte une possibilité du Mal, sinon elle ne serait pas complète. Quant à Satan, l’auteur du Mal, l’Apocalypse 12 qu’on lit à l’Assomption montre que c’est par jalousie pour celle qui est son inverse, la Femme mère du Messie, c’est-à-dire la Vierge, qu’il fait damner l’être humain. Donc le rival, le challenger du Diable, ce n’est pas Dieu, ni même le Christ, le Diable leur est inférieur et il est déjà vaincu. Et c’est même un de ses collègues angéliques qui l’a vaincu dans le Ciel, l’archange St Michel. Non, le challenger, c’est un être humain, la Vierge Marie. Quoi qu’on pense de la réalité de ces textes bibliques, ce qu’ils nous disent, c’est qu’elle peut nous aider, par son intercession auprès du Seigneur, à le tenir loin de nous aussi.