De quelle génération Jésus parle-t-Il?

Comment faut-il interpréter le verset, commun aux trois évangiles synoptiques, “cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive” (Mt 24, 34 ; Mc 13, 30 ; Lc 21, 32) ? Dans mon cheminement spirituel, ce verset constitue une difficulté, d’autant que je lis beaucoup d’interprétations différentes de ce verset (croyance en l’imminence de la fin des temps dans les premières communautés chrétiennes mais c’est une parole de Jésus lui-même, la “génération” évoquée se rapporterait à la génération qui vivrait ces événements dans le futur et non aux hommes en face de lui, la phrase se rapporterait à la destruction du temple de Jérusalem et à la génération contemporaine de celle-ci, le mot “génération” désignerait l’Église à travers les âges, ou encore la phrase aurait une portée universelle et elle s’adresserait à chaque génération de fidèles se renouvelant dans l’attente de la fin des temps et de la parousie du Christ). Dans l’attente de votre réponse, je vous remercie de l’attention bienveillante apportée à nos questions.

Le Pape Benoît XVI, dans le tome 2 de son Jésus de Nazareth répond en grande partie à la question : les Evangiles synoptiques prévoient chacun un « temps de l’Eglise », appelé aussi en théologie « temps des païens », soit un temps intermédiaire entre le ministère du Christ et son retour en gloire. C’est manifeste dans ce passage de Luc, mais aussi attesté pour Marc et Mathieu qui y font allusion ailleurs. Au verset 9 du même passage, il est en effet écrit que « Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. » On a le même verset chez Mathieu, et ce dernier insiste pour dire que l’heure du retour du Christ est inconnue.

Plusieurs passages des synoptiques invitent les disciples à évangéliser jusqu’aux confins de la terre, ce qui demande du temps et certainement plus d’une génération. On dit souvent que St Paul croyait voir de son vivant la Parousie, mais il comptait aller en Espagne et s’est bien rendu compte qu’il ne pourrait pas y aller, dans ses dernières lettres écrites en prison. Et, justement, ce séjour en prison renvoie à la parole de Mt 10, 17-18 et ses équivalents synoptiques sur la présentation des disciples devant les tribunaux des synagogues, mais aussi les autorités civiles païennes. Un « temps des païens », assez long, est donc bien annoncé par Jésus.

Les interprétations citées par la question ne sont pas fausses et se complètent, selon la logique des quatre sens de l’Ecriture (Cf. sur ces 4 sens : https://www.reponses-catholiques.fr/violence-dans-la-bible-et-sens-des-ecritures/). Le sens anagogique est bien la dernière proposée : ce message s’adresse à chacun de nous, ce qui est le propre de la Bible. Comme nous le disions dans notre article https://www.reponses-catholiques.fr/lapocalypse-2/ à propos de l’Apocalypse, la Parole de Dieu dans la Bible, c’est valable pour tous les jours.