De quand date le dogme de la Sainte Trinité?

Le dogme de la Sainte Trinité est, avec le dogme de l’Incarnation, l’une des caractéristiques les plus spécifiques du christianisme: nous adorons le Dieu unique et un, en trois Personnes.

La formulation définitive de ce dogme date du Ve siècle.

Deux conciles majeurs se sont tenus à quelques décennies de distance: le concile de Nicée (325) qui, contre l’hérésie d’Arius, a affirmé que le Fils était égal au Père; et le concile de Chalcédoine (451) qui, en réponse à l’hérésie monophysite, a affiné la notion de Personne, dans les dogmes de l’Incarnation et de la Trinité (Jésus est une seule Personne, dotée de deux natures, humaine et divine; la Trinité est une unique substance en trois Personnes, Père, Fils et Saint-Esprit).

Ce mystère étant le plus grand de notre foi est aussi le plus ardu à approfondir. Mais il faut se souvenir que ce n’est pas une élaboration philosophique débridée qui en est arrivée à l’énoncé du dogme de la Trinité. C’est la Révélation elle-même. Dès la prédication évangélique, la Trinité est au coeur de l’annonce. C’est ainsi que la fin de l’évangile de saint Matthieu (Mt XXVIII,19), le Christ ordonne aux Apôtres:

Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.