D’accord avec le Pape et Amoris laetitia?

En tant que catholique, doit-on être toujours d’accord avec le pape ? Dans Amoris Laetitia, la position du pape par rapport aux divorcés-remariés et à leur possibilité de communier est particulièrement alambiquée (je suis moi-même divorcé et sans être un saint, j’accepte l’idée de ne pas communier si je vis une nouvelle union). Qu’en pensez-vous ?

Sur des thèmes assez proches, nous recommandons au lecteur nos articles « Apprécier le Pape ? » : https://www.reponses-catholiques.fr/apprecier-le-pape/ et « Amoris laetitia et l’indissolubilité du mariage » : https://www.reponses-catholiques.fr/amoris-laetitia-et-lindissolubilite-du-mariage/.

Comme dit dans ces articles, la question n’est pas tellement d’être d’accord ou non avec le Pape, mais d’être fidèle au Magistère de l’Eglise. Et le Pape, c’est indiscutable, est le principal garant du Magistère. Naturellement, tous les propos du Pape n’ont pas la même portée et ne sont pas tous partie intégrante de l’Enseignement de l’Eglise. Une interview n’est pas une homélie, qui n’est pas une exhortation apostolique, ni une encyclique, encore moins les constitutions d’un concile œcuménique. Mais enfin, une exhortation apostolique telle qu’Amoris laetitia, fait partie du Magistère. Le Pape ne l’a pas sortie comme ça de sa mitre, elle est le fruit d’un Synode épiscopal, du travail de théologiens et d’experts pendant plusieurs années etc.

Dire qu’elle est alambiquée est un point de vue très personnel. Selon nous, cela reflète surtout la nécessité de relire le texte avec attention et rigueur, au besoin en s’appuyant les commentaires que certaines congrégations religieuses et diocèses ont publiés. D’autres pourraient voir un travail de l’intelligence de la foi, tout en nuance et discernement, évitant les assertions irréfléchies et basiques.

Sur le fond, dire que la position du Pape sur les divorcés-remariés est « leur possibilité de communier », c’est, manifestement, ne pas avoir lu le texte. Le Pape parle d’un chemin spirituel pour ces personnes et de l’accompagnement qui peut être fait pour consolider leur foi, ce n’est pas la même chose. Toutes sortes de situations peuvent en découler : approfondissement de la vie de prière et meilleure intégration dans la vie de l’Eglise mais pas forcément avec accès aux sacrements, cheminement pour demander la nullité de la première union, pourquoi pas réconciliation avec le ou la premier(e) conjoint(e) si les circonstances s’y prêtent, vie chaste (« comme frère et sœur ») avec le nouveau conjoint, en particulier pour les personnes les plus âgées etc.

Là où nous suivons l’auteur de la question, c’est qu’il est clair que certains interprètent Amoris laetitia comme un accès aux sacrements pour les divorcés-remariés. Mais ils militent souvent depuis des années en ce sens et la question est en fait : ce texte va-t-il être interprété et appliqué pastoralement de façon juste et fidèle à l’Enseignement de l’Eglise ? C’est là qu’est le vrai enjeu, et non en faisant dire au Pape ce qu’il n’a pas forcément dit. On voit déjà des interprétations radicalement différentes selon les cardinaux et les évêques.

La question soulève en creux un autre point. Il est vrai qu’Amoris laetitia parle très peu des personnes séparées canoniquement et, souvent, divorcées civilement mais non remariées. Quelle pastorale pour ces personnes, comment l’Eglise les accueille-t-elle ? A notre sens, un accueil fraternel et une pastorale d’encouragement aura des fruits très positifs pour elles, mais aussi comme témoignage pour tous ceux qui ne sont pas fidèles au sixième commandement, souvent par peur de rester seul.

D’accord avec le Pape et Amoris laetitia?
5 (100%) 1 vote