Conscience erronée et idéologie

Je réagis à votre réponse qui vient d’être publiée: Et pourtant, chaque homme et chaque femme est appelé(e) à chercher la vérité et en l’ayant trouvé, y adhérer. Si j’étais convaincue en conscience que la Vérité n’est pas dans l’Église catholique, mon devoir en conscience ne serait il pas la quitter? Serait cela agréable à Dieu que j’y reste tout en étant convaincue que je ne suis pas dans le chemin de la vérité et du bien? Je pense qu’une telle adhésion – non libre et contraire à la conscience – n’est digne ni de l’homme ni de Dieu.

Pour cette troisième question de la même interlocutrice sur la Conscience erronée, nous constatons que l’auteur de la question a une approche totalement théorique et hors sol, c’est-à-dire idéologique. C’est la marque même de l’erreur car le christianisme est la religion de Dieu fait chair dans le réel, pas une idéologie abstraite. Encore une fois, en quoi, concrètement, « la Vérité n’est pas dans l’Église catholique » ? Qu’est-ce qui n’y est « pas dans le chemin de la vérité et du bien? »

En effet, nous avons écrit dès notre premier article sur ce thème que, ce qu’enseigne l’Eglise catholique (cf. l’exemple de St Thomas d’Aquin cité), c’est que la conscience est la dernière instance pour discerner sur la vérité et le bien. Mais que tout catholique se doit de former sa conscience – et Veritatis splendor dit bien « conformer » – sur l’Enseignement de l’Eglise c’est-à-dire l’Ecriture + le Magistère. Très pratiquement, cela veut dire de se renseigner sur ce que dit l’Eglise sur le sujet qui le préoccupe, de lire les textes s’y rapportant, de consulter les personnes ayant autorité pour cela – prêtre, théologien – et de ne pas faire ses choix seul mais en étant accompagné ou, au minimum, en parlant avec une personne de confiance.

A aucun moment, donc, l’auteur de la question nous dit à propos de quoi elle devrait suivre sa conscience en contradiction avec la Bible et la Tradition de l’Eglise. Cela nous amène à faire deux hypothèses :

  • Soit elle a une vision déformée de l’Enseignement de l’Eglise sur ce point et n’a pas fait le travail d’analyse et de formation que nous venons de décrire. Elle peut y remédier avant de prétendre que sa conscience est mieux éclairée que la Bible et toute l’Histoire sainte. En tous cas, une personne bien formée pourra sans trop de difficulté lui donner des éléments de discernement fiables
  • Ou elle sait très bien ce que dit l’Eglise sur le sujet qui la préoccupe mais cela heurte frontalement sa propre volonté. Elle fait donc délibérément un choix qui n’est pas « dans le chemin de la vérité et du bien »

Que le Seigneur vienne l’éclairer.

Conscience erronée et idéologie
5 (100%) 1 vote