Confirmation et mariage civil

Je suis mariée civilement mais pas religieusement. Or, puis-je recevoir le Sacrement de Confirmation alors que je ne me suis pas mariée à l’Eglise? Et si c’est le cas existe t-il des dérogations possibles ?

C’est une question délicate, qui n’appelle pas une réponse tranchée, mais demande à être discernée avec l’équipe de préparation aux sacrements de la paroisse qui accompagne la confirmande. Et, de toute façon, en dernier ressort, c’est l’évêque qui décide à qui il donne le sacrement ou non.

Plusieurs cas de figure se dessinent. Si le conjoint n’est pas catholique, il ne peut y avoir de mariage sacramentel avec une catholique. En revanche, le couple est invité à un mariage avec une bénédiction à l’Eglise. S’il est catholique, tous catholiques qui vivent maritalement en dehors du sacrement du Mariage, fussent-ils mariés civilement, sont dans un état de vie qui n’est pas ordonné. Ils ne peuvent normalement pas accéder à aucun autre sacrement : Communion, Réconciliation, et, dans le cas présent, Confirmation. Donc la réponse est que, normalement, la personne qui pose la question ne peut recevoir le sacrement de Confirmation.

Dans le cas où les personnes ne se sont pas mariées à l’Eglise parce que l’une était déjà mariée, il n’y a pas de sacrement possible tant que la situation n’est pas remise en ordre. En particulier par une démarche de nullité de la première union sacramentelle.

Ceci dit, dans d’autres cas, les confirmands adultes sont souvent des recommençants ayant abandonné toute pratique religieuse à l’adolescence, ou n’ayant pas reçu d’éducation chrétienne du tout. Sinon, ils auraient fait leur Confirmation à l’adolescence. Le parcours de préparation au sacrement peut prendre en compte ce fait, et donc qu’ils ne se sont pas mariés à l’Eglise. S’ils s’engagent dans un projet de préparation au mariage, par exemple, le sacrement de Confirmation peut être envisagé.

Dans le cas contraire, il convient de s’interroger pourquoi le couple ne s’est pas marié à l’Eglise, sacramentellement ou non. S’il s’agit d’un ménage dont au moins un membre est divorcé, nous avons évoqué ce qu’il en est. Autrement, pourquoi la confirmande ne se marie-t-elle pas à l’Eglise ? Si c’est de son fait, il est évident que c’est incohérent avec le désir de vivre une vie chrétienne adulte, ce que suppose la Confirmation. Si c’est du fait du mari, cela pose d’autres sortes de difficultés. Comment pourra-t-elle vivre au quotidien la vie de foi que suppose sa Confirmation ? Aller à la messe tous les dimanches, lire la Parole de Dieu, élever chrétiennement ses enfants, prier en famille ? Comment son mari acceptera-t-il les changements éthiques que suppose une vraie vie chrétienne, y compris, il faut bien le dire, dans leur vie intime ? Nous rappelons au passage jusqu’où va le privilège paulin : si un conjoint fait obstacle à la foi d’un fidèle, ce dernier peut s’en séparer et se remarier à l’Eglise sans difficulté. Pour le dire autrement, il ne nous semble pas tenable sur le long terme d’avoir une vraie vie de foi sans être en cohérence avec l’Enseignement de l’Eglise sur un point aussi majeur que le mariage.

Nous invitons donc la confirmande à se rapprocher de l’équipe de préparation aux sacrements de sa paroisse ou de son curé pour discuter sérieusement du chemin qui peut être mis en place jusqu’à la Confirmation.

Confirmation et mariage civil
2.3 (46.67%) 3 votes