Communion hors de l’Eglise catholique

Prélats anglicans reçus par la reine d'Angleterre

Prélats anglicans reçus par la reine d’Angleterre

Question: Est-il possible pour un fidèle catholique de communier auprès des Eglises Vieilles-Catholiques ou celles de la Communion Anglicane ?

La question soulève des sujets d’une grande complexité et très disparates selon les Eglises mentionnées. Les premières sont schismatiques, c’est-à-dire que leur rupture avec l’Eglise catholique porte davantage sur des aspects ecclésiologiques et institutionnels qu’en théologie dogmatique. Les secondes sont hérétiques car elles professent une foi posant des problèmes de théologie fondamentale, du fait de leur rapprochement avec le protestantisme au moment du schisme anglican. Les attitudes de l’Eglise catholique seront donc différentes. S’agissant spécifiquement de l’Eucharistie, la foi en l’Eucharistie (Présence réelle ou transsubstantiation : le pain et le vin consacrés deviennent le corps et le sang du Christ des saintes espèces eucharistiques, etc.) est la même dans les Eglises « vieilles catholiques » et catholique. Mais pas avec l’Eglise anglicane ayant plutôt adopté la consubstantation luthérienne : le corps et le sang du Christ des saintes espèces eucharistiques est « dans, sous et avec la forme » du pain et du vin . La nuance peut paraître tirée par les cheveux au simple fidèle; théologiquement, elle n’est cependant pas neutre.

S’ajoute à ces aspects théologiques un second principe, de miséricorde auprès du simple fidèle de bonne foi, pas forcément au fait de ces subtilités. Pour ce qui est des Eglises séparées plus récemment de l’Eglise catholique, les sacrements de leurs évêques (et donc des prêtres qu’ils délèguent) peuvent donc être valides, c’est-à-dire que la grâce opère pour le fidèle de bonne foi. Mais ils sont illicites, c’est-à-dire que l’évêque n’aurait pas dû les administrer à un fidèle catholique et un catholique averti de ces schismes n’aurait pas dû s’adresser à cette Eglise qui n’est pas en communion avec l’Eglise catholique. Ainsi, des personnes baptisées dans ces Eglises doivent faire une entrée dans l’Eglise catholique avant, par exemple, de recevoir la confirmation ou l’Eucharistie (première communion), au même titre que des protestants ou orthodoxes.

Le cas est différent pour les Anglicans. Leurs sacrements ne sont ni valides, ni licites (sauf bien sûr le baptême, mais comme tout baptême reconnu comme chrétien).

Il en résulte que le lecteur, après avoir lu cet article, ne peut communier dans les églises « vieilles catholiques », sauf s’il ne peut faire autrement, qu’il n’y a pas d’église catholique accessible, par exemple dans un pays non chrétien, en cas de danger de mort, etc. Et il ne peut communier dans une église anglicane.

 

Mais pour ne rien simplifier, il convient de nuancer ces propos. La plupart des gens se trouvent, Dieu merci, rarement dans ces cas extrêmes. En outre, l’église anglicane elle-même est traversée de différences entre l’église High Church et l’église Low Church. Certains anglicans professent une foi en l’eucharistie proche des catholiques, mais la plupart plutôt proche des luthériens. Cependant, le dialogue œcuménique tend actuellement à mettre en valeur les éléments de foi communs des différentes confessions, plutôt que de traiter les uns ou les autres de schismatiques ou d’hérétiques. L’espérance est que la communion de foi soit réalisée et la communion de tous les évêques devienne effective. Il arrive donc que des catholiques aient une autorisation spéciale de l’évêque pour communier dans des offices d’autres églises (dans des communautés œcuméniques du type du Chemin Neuf, par exemple). Mais cela ne les dispense certainement pas d’une eucharistie dominicale catholique.

Communion hors de l’Eglise catholique
3.9 (77.33%) 15 votes