Communion dans la main et Satan (2/3)

Ne devrait-on pas insister sur l’obligation morale, théologique et spirituelle à protéger Jésus si Vulnérable sous les apparences du Pain Consacré : Jésus-Hostie ? D’ailleurs, si on l’appelait Jésus-Hostie, et non “l’Eucharistie”, terme technique, impersonnel, polyvalent, qui fait oublier la réalité du Verbe Incarné : Jésus-Christ vraiment Présent, Vivant comme une personne, comme et plus que vous et moi, alors, la foi en la Présence Réelle, en LUI, changerait et grandirait. Il n’y aurait plus de facilités à se procurer des Hosties consacrées pour les vendre, même en l’ignorant, pour des messes noires : choses les plus abominables sur Terre qui donnent de la force à Satan et ses suppôts pour propager et susciter le Mal dans tous les domaines, dont les guerres, la fabrique de la pauvreté et des violences en tous genres…  (2/3)

Comme dans le premier volet, la question comporte de nombreuses erreurs. Pour commencer, elle fait fi de la Sainte Ecriture. « Eucharistie » vient du grec eucharistein, « rendre grâce » (de karis, « grâce »). Or, les Evangiles synoptiques nous disent à propos de la Dernière Cène, par exemple en Mt 26-27 : « Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit et, le donnant aux disciples, il dit : ‘Prenez, mangez : ceci est mon corps’. Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, en disant : ‘Buvez-en tous’ » etc.  Donc, considérer le terme « eucharistie » comme un terme technique qu’il faudrait remplacer, c’est nier l’Enseignement de l’Eglise.

L’appellation « Jésus-Hostie » nous vient de la tradition mystique. Elle a toute sa valeur mais ne doit pas remplacer la saine théologie.

Quant aux accusations de complicité, même inconsciente, avec le satanisme de la part de personnes qui communient dans la main et des prêtres qui donnent la communion ainsi, voilà qui n’est pas seulement grave. C’est proprement scandaleux. Nous rappelons d’ailleurs au passage qu’accuser faussement des prêtres peut conduire à l’excommunication.

Sur le fond, d’une part, cela ne tient pas debout. On n’a pas attendu de communier dans la main pour qu’il y ait des messes noires. Au temps de Louis XIV, les gens communiaient à la bouche. Cela n’a pas empêché des messes noires d’avoir lieu et ceux qui y participaient de se procurer des hosties consacrées.

D’autre part, nous avons cité les Evangiles synoptiques, voyons ce que nous dit l’Evangile de Jean. A propos du Dernier repas de Jésus et de ses disciples, Jean écrit que « « Trempant alors la bouchée, il la prend et la donne à Judas, fils de Simon Iscariote. Après la bouchée, alors Satan entra en lui » (Jn 13, 26-27). Le texte ne dit pas si Judas a reçu cette bouchée dans la main ou à la bouche. On peut néanmoins raisonnablement supposer qu’ayant été « trempée », elle est donnée à la bouche, puisque pleine de sauce. Toujours est-il que, Judas est victime de l’influence du démon à partir de ce moment-là. Donc telle ou telle façon de manger n’a rien à voir avec on ne sait quelle satanisme.

Nous recommandons vivement nos lecteurs de lire la Bible et se former en théologie plutôt que de propager n’importe quelle erreur contre l’Eglise. La vigilance et la prière sont également indispensables pour ne pas accuser injustement des frères catholiques tout à fait fidèles à leur foi et d’apporter la division dans l’Eglise. Sachant que – il est toujours utile de revenir à l’étymologie des mots – diabolos, en grec, signifie, « le diviseur » et Shaitan en hébreu, l’ « Accusateur ».

Communion dans la main et Satan (2/3)
3 (60%) 2 votes